Un Clasico pour conclure

  • A
  • A
Un Clasico pour conclure
Partagez sur :

Alors que la D1 s'apprête à fermer provisoirement ses portes, comme chaque année à mi-saison, il reste un ultime match, et quel match, à disputer. Ainsi avant de laisser place à l'équipe de France et l'Euro en Serbie, Chambéry et Montpellier vont disputer l'ultime rencontre de la 13e journée, jeudi, en Savoie. L'occasion pour les Chambériens de recoller au leader, et ainsi de relancer le suspense.

Alors que la D1 s'apprête à fermer provisoirement ses portes, comme chaque année à mi-saison, il reste un ultime match, et quel match, à disputer. Ainsi avant de laisser place à l'équipe de France et l'Euro en Serbie, Chambéry et Montpellier vont disputer l'ultime rencontre de la 13e journée, jeudi, en Savoie. L'occasion pour les Chambériens de recoller au leader, et ainsi de relancer le suspense. Les mauvaises langues diront qu'il est le seul match avec un intérêt sur la scène nationale. Comme chaque année, Chambéry et Montpellier se disputent en effet le titre de champion de France, et leurs rencontres directes n'en deviennent que plus explosives. Reste que cette saison, Chambéry a déjà mordu la poussière à Tremblay, et accuse un retard sur le leader héraultais, invaincu jusque-là. "Ce match est l'occasion de combler un retard. Il faut les pousser à la faute, gagner et les retrouver chez eux, pour jouer le titre", martèle Bertrand Roiné, sur le site Handzone. Et si les Savoyards ont lutté pour aller battre Cesson, la semaine passée (30-29), c'est devenu une habitude pour la troupe de Philippe Gardent. "Cette saison, pas mal d'équipes se sont bien renforcées, note l'arrière gauche. Et lorsqu'elles nous rencontrent, elles courent après l'exploit. Les matches s'enchaînent, la fatigue se fait sentir et les joueurs sont plus fragiles." Reste que Chambéry abordera cette rencontre avec toutes ses forces vives, à l'exception de Laurent Busselier (forte grippe). Canayer: "On ne se plaint pas" Dans le camp d'en face, difficile d'en dire de même, avec la récente blessure au doigt de William Accambray, qui s'est ajoutée à celle de Michaël Guigou notamment. "On a deux blessés importants avant d'aborder ce match. Mais tous les ans on joue avec un effectif qui n'est pas au complet. On ne se plaint pas, on a une équipe suffisamment équilibrée avec du monde à tous les postes", préfère évacuer Patrice Canayer, sur le site du club héraultais. Sérieusement secoués face à Nîmes (34-33), les partenaires de Nikola Karabatic ont depuis retrouvé la confiance, face à Szeged, en Ligue des champions. Mais les rotations sont limitées, notamment sur la base arrière. "On a bien réussi à les maîtriser contre Szeged. Un carton rouge ou trop de deux minutes peuvent s'avérer un vrai problème et c'est là où le manque de rotations serait un problème", prévient le technicien, conscient qu'une victoire au Phare, où le MAHB n'a jamais gagné, leur permettrait (déjà) de faire un grand pas vers le titre... pour mieux se concentrer sur la scène européenne.