Un Bryant 39 carats

  • A
  • A
Un Bryant 39 carats
Partagez sur :

Au lendemain de leur écrasante victoire sur les Cavs, les Lakers ont cette fois dû s'employer pour enchaîner chez les Warriors. Et s'en remettre à Kobe Bryant, auteur de 17 de ses 39 points dans les cinq dernières minutes d'un succès arraché 110-115. Si San Antonio et Boston ont également gagné, Miami et Orlando ont, eux, vu leurs séries gagnantes s'arrêter chez les Clippers (108-99) et les Hornets (92-89).

Au lendemain de leur écrasante victoire sur les Cavs, les Lakers ont cette fois dû s'employer pour enchaîner chez les Warriors. Et s'en remettre à Kobe Bryant, auteur de 17 de ses 39 points dans les cinq dernières minutes d'un succès arraché 110-115. Si San Antonio et Boston ont également gagné, Miami et Orlando ont, eux, vu leurs séries gagnantes s'arrêter chez les Clippers (108-99) et les Hornets (92-89). Le match de la nuit Nouvelle soirée faste pour les Lakers. Mais si les champions en titre avaient tapé, la veille, un carton historique face aux Cavs (112-57), il leur a cette fois fallu lutter jusque dans les ultimes secondes pour décrocher un cinquième succès consécutif et confirmer ainsi leur redressement après une fin 2010 difficile. La faute à des Warriors pouvant notamment compter sur un Monta Ellis particulièrement en verve avec 38 points à 15 sur 26 aux tirs, Golden State en profitant pour faire la course en tête et compter jusqu'à 14 points d'avance dès le deuxième quart. Mais si les joueurs d'Oakland pointaient encore devant à six minutes de la fin, il en aurait fallu plus pour résister au retour en force de leurs visiteurs, les vedettes californiennes en tête. Avec 24 points et 11 rebonds, Pau Gasol en aurait en effet presque été discret eu égard aux flambées de ses compères Lamar Odom et Kobe Bryant. C'est ainsi l'ancien Clipper, 20 points et 9 rebonds au compteur, qui a frappé le premier avec ses 10 points inscrits à la file en à peine deux minutes, les Lakers en profitant pour revenir au contact de leurs hôtes. Mais si les champions en titre l'ont emporté, ils le doivent évidemment à l'inévitable Kobe Bryant. Et pas seulement pour ses 39 points à 15 sur 26 aux tirs, et ses 6 rebonds et 4 passes. Car si Golden State et Monta Ellis ont finalement baissé pavillon, c'est bien en raison des 17 points inscrits par Kobe Bryant au cours des six dernières minutes, Los Angeles terminant ainsi sur un 28-21 synonyme de nouvelle victoire. Et tout le registre de KB24 y est passé: trois points (x2), lancers-francs (x7), pénétration et tir à mi-distance ! De quoi écoeurer pour de bon une Oracle Arena en mal d'exploit et lui valoir lés félicitations de son compère Pau Gasol: "On n'a pas été dedans en défense mais Kobe a pris la rencontre à son compte et inscrit les paniers qu'il fallait." Les Français Si ce n'est Nicolas Batum et Kevin Seraphin, tous les Français valides étaient sur le pont ce mercredi. Avec des fortunes bien diverses, un seul Bleu parvenant en effet à concilier un tant soit peu victoire et prestation individuelle de haut vol. La performance du jour est ainsi à mettre au crédit de Boris Diaw. Plus encore toutefois pour la victoire décrochée par ses Bobcats sur les Bulls, Charlotte l'emportant 96-91 pour un cinquième succès en 7 matches depuis le remplacement de Larry Brown par Paul Silas, que pour sa ligne de statistiques. Car s'il a tenu son rôle, l'ancien Palois n'a pas non plus affolé les compteurs avec 13 points à 5 sur 11 aux tirs, 5 passes, 5 rebonds et 2 interceptions. C'est toujours mieux que son ami Tony Parker. Tandis que ses Spurs l'emportaient chez les Bucks 84-91 pour un quatrième succès consécutif, le Français, comme la veille, laissait la vedette à son compère argentin Manu Ginobili, se contentant, lui, de 8 points à 4 sur 13 aux tirs et 9 passes en 35 minutes. Le dernier vainqueur tricolore de la nuit est à aller chercher du côté de Phoenix. C'était attendu puisque les Suns de Mickael Pietrus recevaient les Nets de Johan Petro. Et le dernier mot est revenu aux locaux, les joueurs de l'Arizona l'emportant en prolongation 113-107. Hélas sans son Frenchy, l'ancien Palois faisant en effet banquette. Côté New Jersey, Johan Petro, dont le nom revient régulièrement dans les rumeurs de transfert concernant Carmelo Anthony, a, lui, eu voix au chapitre, mais en 13 minutes, il n'a pu faire mieux que 6 points à 2 sur 4 aux tirs, 2 rebonds et 1 interception. Il ne faisait d'ailleurs pas bon être intérieur français ce mercredi. Ainsi à Salt Lake City, Ronny Turiaf n'a pu échapper, lui non plus, à la défaite : ses Knicks ont subi la loi des Jazz 131-125 et le Martiniquais n'a pas été autant en verve que la veille à Portland avec, cette fois, 9 points à 3 sur 5 aux tirs, 2 rebonds et 1 passe en 21 minutes en dépit d'une place de titulaire. Au rayon des titulaires, la surprise de la nuit est venue d'Indiana puisqu'Alexis Ajinça a profité des déboires des Mavs pour avoir droit aux honneurs du cinq majeur. Hélas sans succès. Dallas n'a pas échappé à un nouveau revers en l'absence de Dirk Nowitzki, s'inclinant 102-89, et Ajinça n'a guère brillé avec 4 points à 2 sur 7 aux tirs, 3 rebonds, 1 passe et 1 contre en 14 minutes. Entré en jeu 5 minutes, son compère Ian Mahinmi a, lui, dû se contenter de deux lancers pour 2 points et 2 rebonds. Les chiffres 4. Quatre à la suite pour les Spurs. Repartis de l'avant après leurs récents revers à Boston et New York, les Texans n'ont pas cillé au moment d'enchaîner une quatrième victoire de rang à Milwaukee, l'emportant 84-91. Et si Manu Ginobili a encore été le plus productif avec 23 points, c'est Matt Bonner, 17 points au total, qui a créé l'écart décisif avec deux tirs primés initiant un 11-2 rédhibitoire pour les Bucks dans le quatrième quart. 7. Si la confrontation entre Jazz et Knicks a le plus souvent tourné à une bataille à longue-distance, les Mormons terminant à 10 sur 22 dans l'exercice tandis que leurs visiteurs affichaient, eux, un 14 sur 29, la palme du jour est à remettre au réserviste new yorkais Shawne Williams, auteur d'un 7 sur 8 derrière l'arc pour 25 points. Las, il en aurait fallu encore plus pour éviter une nouvelle défaite des Knicks en Utah, les Jazz s'imposant 131-125. 8. Le message de Doc Rivers semble avoir été entendu. Deux jours après s'être indigné de la défaite concédée face aux Rockets, le coach des Cetics a en effet assisté, face aux Kings, à une démonstration de force de la part de ses ouailles. Démonstration de force collective puisqu'ils ont été pas moins de huit joueurs à émarger à plus de dix points pour un large succès 119-95. Dans le sillage d'un Paul Pierce meilleur marqueur avec 25 points, même les obscurs Von Wafer ou Semih Herden ont ainsi à la fête avec 12 et 10 points. 39. Si le Magic a vu sa série de neuf victoires de rang prendre fin à La Nouvelle-Orleans, les Hornets l'emportant en prolongation 92-89, les coupables sont tout trouvés. Alors que Dwight Howard se démenait sous les panneaux pour compiler 29 points et 20 rebonds, les artificiers floridiens ont, eux rivalisé de maladresse avec notamment un 2 sur 9 pour Hedo Turkoglu, un 3 sur 13 pour Brandon Bass, un 1 sur 9 pour Jameer Nelson et un 2 sur 11 pour JJ Redick! De quoi valoir aux Floridiens un 39% de réussite collective. 44. Miami ne rejoindra pas les Lakers cru 1972. Après 13 victoires consécutives à l'extérieur, le Heat a en effet été battu par les Clippers 111-105 malgré les 31 points de Dwyane Wade ou les 27 de LeBron James. La faute à un faux-départ en défense, Los Angeles en profitant pour passer 44 points aux Floridiens au cours du premier-quart. En dépit de plusieurs rapprochés, Miami ne s'en est jamais relevé et Blake Griffin a entretenu l'écart avec ses 24 points et 14 rebonds.