Un bon coup d'Azpi !

  • A
  • A
Un bon coup d'Azpi !
Partagez sur :

Auteur du but de la victoire et décisif sur la ligne de but olympienne dans la foulée, Cesar Azpilicueta a largement contribué au succès de Marseille sur Monaco, mercredi soir, en quart de finale de la Coupe de la Ligue (2-1). Remis sur pieds par André Ayew après l'ouverture du score de Mathieu Coutadeur sur penalty, l'OM a néanmoins souffert pour écarter l'ASM dans un Vélodrome à moitié vide.

Auteur du but de la victoire et décisif sur la ligne de but olympienne dans la foulée, Cesar Azpilicueta a largement contribué au succès de Marseille sur Monaco, mercredi soir, en quart de finale de la Coupe de la Ligue (2-1). Remis sur pieds par André Ayew après l'ouverture du score de Mathieu Coutadeur sur penalty, l'OM a néanmoins souffert pour écarter l'ASM dans un Vélodrome à moitié vide. Il y avait un peu de Louis-II ce mercredi soir au Vélodrome. Fermement décidées à exprimer leur mépris envers une Ligue qui quelques jours plus tôt les avait privées d'ascension sur Paris pour des raisons de sécurité, les associations de supporters avaient déserté les virages de l'enceinte du boulevard Michelet, laissant aux seules tribunes latérales le soin de soutenir l'OM face à une ASM aux allures de bête noire. Un Monaco invaincu à Marseille depuis décembre 2007 qui en septembre dernier encore était venu chercher le point du match nul dans le cadre du championnat (2-2). Bien que privés pour l'occasion des services de Niculae, Mbokani et même Park, l'homme en forme du moment sur le Rocher, auteur de trois buts lors des deux dernières levées de L1, les Monégasques avaient donc des atouts à faire valoir ce soir pour déstabiliser des Marseillais en quête de rachat, trois jours après la pâle copie rendue au Parc des Princes (défaite 2-1). Les débats, dans un premier temps, s'en ressentaient. Toujours en mal de percussion, souvent maladroit, l'OM avait beau tenir le ballon, rien de concret ne se créait sous les crampons des frères Ayew, Brandao et autre Abriel, titulaires d'appoint dans cette Coupe de la Ligue. Pas forcément plus incisifs, les joueurs de la Principauté tiraient pourtant les premiers dans ce dernier quart de finale de la soirée. Malheureux devant le but adverse cette saison, l'avant-centre brésilien de l'OM l'était tout autant dans sa propre surface, tandis qu'il détournait de la main un coup franc anodin. M. Turpin désignait logiquement le point de penalty, et Coutadeur ne manquait pas d'en profiter (0-1, 21e). Un rappel à l'ordre qui avait le mérite de pincer l'orgueil des Phocéens. André Ayew récidive Dès lors plus rigoureux dans ses transmissions de balle, l'OM posait enfin son jeu et voyait son application récompensée peu avant le repos. A la retombée d'un centre court et travaillé de Cheyrou, A. Ayew égalisait de la tête et de près, malgré la position de hors-jeu d'un Brandao distrait (1-1, 42e). Déjà buteur au tour précédent face à Guingamp (0-1), le fils d'Abedi Pelé remettait ainsi Marseille sur les bons rails, avec la perspective d'une seconde période enlevée. Ce que ne manquait pas de confirmer Gakpé, l'attaquant assémiste. Par deux fois au retour des vestiaires, le Franco-Togolais donnait le tournis à l'arrière-garde olympienne et des sueurs froides au Vélodrome, en touchant du bois (51e) puis en contraignant Mandanda à la parade (57e). Dans la foulée, c'est le dénommé Bulot, suppléant de Malonga, qui frappait à deux reprises... Sans plus de réussite puisqu'Azpilicueta (70e) et Mandanda (71e) se muaient alors en derniers remparts pour préserver l'essentiel: une qualification pour les demi-finales assurée quelques minutes plus tôt par le défenseur espagnol. A la conclusion d'un mouvement initié par Brandao et relayé par Ayew, l'international espoir avait ouvert son compteur phocéen à l'heure de jeu, d'un plat du pied décoché à bout portant devant Ruffier (2-1, 60e). Le coup de grâce pour une ASM qui aura cependant eu le mérite de se battre jusqu'au bout, jusqu'à ce tir tendu de Haruna détourné par un Mandanda apparu bien plus à l'aise ce soir qu'il ne le fut à Paris (82e). Le tenant du trophée poursuit donc sa route dans cette Coupe de la Ligue, au même titre que le PSG, l'AJA et Montpellier. En janvier prochain, l'OM se déplacera à Auxerre tandis que Montpellier recevra le club de la capitale. Et la jeunesse marseillaise, Ayew et Azpi en tête, n'est pas étrangère à cette situation...