Un Barça quatre étoiles

  • A
  • A
Un Barça quatre étoiles
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Barça décroche sa 4e C1 après son succès face à Manchester (3-1).

Le Barça comme il y a deux ans. Comme en 2009, à Rome, le Barça a battu Manchester United par deux buts d'écart (3-1 après un 2-0). Comme en 2009, les Blaugrana ont dominé la rencontre. Et comme il y a deux ans, les joueurs de "Pep" Guardiola ont su résister pendant les dix premières minutes avant d'imposer leur patte sur leur match. Ils ont réussi à marquer les premiers grâce à Pedro (27e). Wayne Rooney a relancé MU sept minutes plus tard mais la deuxième période a été à sens unique, Lionel Messi d'abord (54e) puis David Villa ensuite (69e) marquant pour les Catalans. Il s'agit de la quatrième victoire du Barça en C1, après 1992, 2006 et 2009. A lire :Ce Barça est sans égal

Le Barça bat Manchester United (3-1) :

Messi, Messi, Messi ! Il a éclaboussé la rencontre de tout son talent et se retrouve impliqué, de près ou de loin, sur les trois buts. Sur le premier, c'est lui qui attire Patrice Evra, libérant ainsi l'espace nécessaire à Pedro pour marquer après une passe splendide de Xavi. Sur le second, le double Ballon d'Or se joue à nouveau d'Evra avant d'adresser une frappe légèrement flottante aux abords de la surface de réparation. Edwin van der Sar, visiblement surpris, est impuissant. Enfin, sur le troisième, Messi affole la défense de MU qui ne parvient pas à se dégager. Sergio Busquets remet intelligemment à David Villa derrière lui et "el Guaje" trouve la lucarne gauche de Van der Sar. Messi, auteur de son 53e but de la saison, évolue sur une autre planète.

Eric Abidal, face à Manchester (930x620)

© REUTERS

Abidal-Evra, destins croisés. Si Evra a vécu une sorte de soirée horribilis, Eric Abidal, lui, s'est forgé des souvenirs indélébiles. Le défenseur latéral des Bleus, opéré d'une tumeur au foie il y a deux mois et demi, a en effet eu le privilège d'être le premier à soulever la Coupe après avoir reçu le brassard de capitaine des mains de Carles Puyol, celui-là même dont il avait pris la place dans le onze de départ. Ce geste auguste restera sans aucun doute dans l'histoire de la compétition.

Wayne Rooney, face à Barcelone (930x620)

© REUTERS

Rooney trop seul. Impressionnant lors des tours précédents, surtout contre Schalke 04 en demi-finales, Manchester United n'a pas réussi à inquiéter le Barça. Sir Alex Ferguson avait pourtant choisi d'aligner une équipe offensive, avec Ryan Giggs et Michael Carrick au milieu. Mais, face aux accélérations des Catalans, le Gallois a fait ses 37 ans samedi et a connu beaucoup de difficultés à faire la différence, si l'on excepte sa remise à Rooney sur le but alors qu'il était en position de hors-jeu. De la même façon, "el Chicharito" Hernandez, décisif face à Marseille et Chelsea, a erré comme une âme en peine sur le front de l'attaque, se faisant trop souvent prendre au piège du hors-jeu. Les entrées en seconde période de Nani et de Paul Scholes n'ont rien changé : le Barça était plus fort.