Un bain turc pour les Bleus !

  • A
  • A
Un bain turc pour les Bleus !
@ Reuters
Partagez sur :

Alors qu'ils jouaient la première place du groupe D mercredi, les Bleus ont presque tout perdu en deux jours, rétrogradant à la quatrième place de la poule jeudi après une défaite 82 à 70 face à la Nouvelle-Zélande. Les hommes de Vincent Collet affronteront donc la Turquie, hôte de ce Mondial, dimanche en huitième de finale. Tout sauf un cadeau...

Alors qu'ils jouaient la première place du groupe D mercredi, les Bleus ont presque tout perdu en deux jours, rétrogradant à la quatrième place de la poule jeudi après une défaite 82 à 70 face à la Nouvelle-Zélande. Les hommes de Vincent Collet affronteront donc la Turquie, hôte de ce Mondial, dimanche en huitième de finale. Tout sauf un cadeau... Une victoire face à la Nouvelle-Zélande et c'est la Grèce qui se profilait en huitième de finale, une défaite de dix points ou moins pour hériter de la Russie alors qu'une défaite de onze points ou plus envoyait les Bleus défier l'hôte turc. Bon gré, mal gré, les Tricolores ont fini par opter pour cette dernière solution en s'inclinant 82 à 70 face à des Kiwis en verve à trois points (14/32). Après la Lituanie, ces Bleus ont encore fait preuve d'une inconsistance rare, symbolisée par un Batum pas dans son assiette (6 points à 2/8, 5 rebonds et 3 passes en 29 minutes) et auteur d'une incroyable faute sur Penney, qui venait de marquer à trois points à vingt secondes de la fin, avant de tergiverser et de déclencher trop tardivement son tir dans les ultimes instants de cette partie. La faute inutile de Batum Bokolo, auteur d'un tir primé, permet aux Tricolores de passer devant pour la première fois du match à quelques secondes du terme du premier quart (17-20). Un répit de courte durée toutefois puisque les Néo-Zélandais leur infligent un 12-2 dans le sillage de Vukona et Frank (29-22, 15e). Un match qui tourne même au vinaigre pour des Bleus qui reviennent à quatre points (29-25, 16e) puis encaissent un 10-0 avant la mi-temps (39-25). Une hémorragie qui semble enrayée par Diaw, De Colo et surtout Gelabale à trois points (39-32, 22e). Mais ça ne dure pas, et malgré la bonne rentrée de Pietrus ce quart-temps est à nouveau perdu, avec un étonnant 58-43 à l'entame du dernier acte. Diaw et les siens naviguent toujours à dix points ou plus, avant un emballage final où ils semblent bien mieux, à l'image d'un Gelabale qui surnage (67-58, 26e). L'écart descend même à -6 avant d'attaquer la dernière minute (72-66), mais les mauvais choix et la réussite de Penney derrière l'arc condamnent les Tricolores. Les lancers francs de Bokolo (13 points) relancent le suspense mais Abercrombie enterre définitivement les Bleus, lui aussi à trois points (82-70) !