Un an après, dans l’ombre de Knysna

  • A
  • A
Un an après, dans l’ombre de Knysna
@ REUTERS
Partagez sur :

Les principaux acteurs de la grève du 20 juin 2010 payent encore l’affaire du bus de Knysna.

C’est un drôle d’anniversaire. Un an tout pile après le refus des Bleus de descendre de leur bus pour aller s’entraîner le 20 juin 2010, les principaux acteurs de cette scène tragi-comique ont connu des fortunes diverses. Depuis la fin prématurée de la Coupe du monde, les "mutins de Knysna" n’ont pas totalement tourné la page. Etat des lieux.

Raymond Domenech

Domenech à la tête de l'Algérie ?
Du terrain à la télé. Annoncé partant du poste de sélectionneur après la Coupe du monde, Raymond Domenech a lourdement payé la lecture aux journalistes de la lettre écrite par les joueurs. Evincé de la Fédération, le sélectionneur s’est lancé dans une procédure juridique contre la Fédération. Il réclame 2,9 millions d’euros d’indemnités de licenciement à la FFF. L’affaire est devant les tribunaux. Côté sportif, Domenech est revenu bénévolement en novembre avec les poussins de l’AC Boulogne-Billancourt avant de proposer ses services à la Fédération algérienne début juin. On le retrouvera le 6 juillet en coach télé sur France 3.

Jean-Pierre Escalettes

Jean-Pierre Escalettes, portrait (930x620)

© REUTERS

Président "en vacance". Président de la FFF à l’époque de l’affaire, Jean-Pierre Escalettes a démissionné le 28 juin, une semaine après le fiasco de Knysna. S’accrochant tant bien que mal à son fauteuil, le président de 75 ans a fini par craquer devant l’insistance politique. Marie-George Buffet l’avait jugé "en vacance, de pouvoir au moins", et David Douillet, député UMP, le considérait "plus dans le coup, ça se voit". Il a été remplacé par Fernand Duchaussoy, vice-président, puis, depuis les élections du 18 juin, par Noël Le Graët.

Jean-Louis Valentin

Mutins de Knysna: verdict attendu

© Reuters

Retour en politique. Inconnu avant ce triste jour, le directeur délégué des Bleus a fait une entrée fracassante dans le paysage médiatique ce 20 juin 2010 en venant annoncer, les larmes aux yeux, aux journalistes sa démission de la Fédération. "C’est un scandale pour les Français et pour les jeunes qui sont ici. C’est aussi un scandale pour la Fédération et pour l’équipe de France. Dans ces conditions, je démissionne." Depuis, ce haut-fonctionnaire a remonté la pente. Conseiller régional (UMP) en Basse-Normandie, Jean-Louis Valentin sera candidat aux sénatoriales en septembre. Il est membre de l’Autorité qui régule les jeux en lignes (Arjel) et a collaboré à la rédaction du programme de Noël Le Graët pour les élections présidentielles de la FFF.

Robert Duverne

Robert Duverne, de retour d'Afrique du Sud (630x420)

© Maxppp

Retour à la case départ ? Peu connu du grand public avant le violent clash qui l’a opposé à Patrice Evra, conclu par le désormais célèbre "jeté de chronomètre", le préparateur physique est revenu à une vie plus calme. Quoique… Promu entraîneur adjoint d’Arles-Avignon, il a démissionné de son poste au soir de la 5e journée, le 11 septembre, avant de rebondir cinq jours plus tard à Aston Villa aux côtés de Gérard Houiller. En retrait avec les problèmes de santé d’Houiller, Duverne pourrait revenir à Lyon où il a débuté.

Nicolas Anelka

Anelka attaque L'Equipe

L’homme par qui tout est arrivé. Ses insultes à la mi-temps du match contre le Mexique ont été l’élément déclencheur de la grève de Knysna. Depuis, Anelka mène une vie plus tranquille à Chelsea. Condamné à 18 matches de suspension par la FFF pour ces insultes, il a tiré un trait sur l’équipe de France. Auteur d’une saison moyenne (13 buts en 42 matches de Championnat et Ligue des champions), Anelka s’est distingué devant les tribunaux, où il réclame 150.000 euros de dommages et intérêts à L’Equipe pour sa Une fracassante du 19 juin 2010. L’affaire a été mise en délibéré au 1er juillet.

Patrice Evra

Patrice Evra, en conférence de presse (930x620)

© MAXPPP

Sourire en club. Très amer après les cinq matches de suspension qui lui ont été infligés pour son rôle dans la mutinerie, l’ancien capitaine s’est refait une santé sportive. Uniquement en club. Champion d’Angleterre avec Manchester United et vice-champion d’Europe, Patrice Evra n’est pas aussi à l’aise en équipe de France. Il a effectué un retour discret, a du faire son mea culpa devant Laurent Blanc, le nouveau sélectionneur, et a dû affronter les sifflets lors de son retour en sélection, le 30 mars contre la Croatie.

Franck Ribéry

Ribéry a retourné le public

De la lumière à l'ombre. Révélation de la Coupe du monde 2006, "Ch’ti Franck" avit beaucoup déçu les supporters en 2010, avec l’affaire Zahia puis l’épisode de Knysna. Suspendu trois matches en équipe de France, Ribéry a connu depuis une saison galère, marquée par les blessures et un niveau de jeu décevant. En Bleus, ses performances lors des qualifications pour l’Euro 2012 ont été médiocres et sa participation au Championnat d’Europe pourrait être sérieusement remise en cause en cas de qualification.

Jérémy Toulalan

Toulalan lyonnais à vie

Résurrection andalouse. Coauteur avec son agent de la lettre lue par Raymond Domenech, Jérémy Toulalan ne s’est pas vraiment remis du choc de Knysna. Elément clé du milieu de terrain lyonnais avant le Mondial, l’ancien Nantais a beaucoup déçu en club et en sélection. Son arrivée à Malaga cet été pour quatre ans sera-t-il le signe du renouveau ?

Yoann Gourcuff

Gourcuff et Abidal, 930

© REUTERS

Le soutien de Laurent Blanc. Proclamé "futur Zidane" après sa superbe saison bordelaise en 2009-10, Yoann Gourcuff arrive à Lyon après Knysna pour franchir un cap. Marqué par la déroute sud-africaine, le plus gros salaire de Ligue 1 (4,4 millions d’euros) traverse la saison en fantôme et brille par sa discrétion et ses contre-performances. Ses prestations en Bleu sont aussi décriées, mais Gourcuff peut s’appuyer sur la confiance de Laurent Blanc, son ancien entraîneur à Bordeaux.