Ullrich: "Gagner le championnat"

  • A
  • A
Ullrich: "Gagner le championnat"
Partagez sur :

Patron du team Audi, le docteur Wolfgang Ullrich espère surfer sur le triplé des Anneaux aux 24 Heures du Mans l'an passé, à l'heure de débuter la saison 2011 ce week-end lors des 12 Heures de Sebring. Si le constructeur allemand avait tout raflé dans la Sarthe, Peugeot avait dominé le reste de la saison. Avec sa nouvelle R18 et les 24 Heures désormais intégrées au calendrier de l'ILMC, Audi a des ambitions.

Patron du team Audi, le docteur Wolfgang Ullrich espère surfer sur le triplé des Anneaux aux 24 Heures du Mans l'an passé, à l'heure de débuter la saison 2011 ce week-end lors des 12 Heures de Sebring. Si le constructeur allemand avait tout raflé dans la Sarthe, Peugeot avait dominé le reste de la saison. Avec sa nouvelle R18 et les 24 Heures désormais intégrées au calendrier de l'ILMC, Audi a des ambitions. Docteur Ullrich, quelles sont les ambitions globales d'Audi cette saison d'Endurance ? Elles sont claires. On veut être capable de se battre pour gagner le championnat et refaire une bonne course aux 24 Heures du Mans, avec une technologie plus ou moins neuve. Notre voiture est complètement nouvelle, avec un cockpit fermé. On va essayer de la développer, c'est notre but et on y travaille. Justement, que pouvez-vous nous dire de manière plus précise sur la R18 ? Début février, on avait déjà fait plus de 10 000 km d'essais en deux semaines, sur deux voitures. On a déjà une bonne base pour améliorer la R18. Les tests qu'on a effectué sur la mécanique, totalement inédite, se sont bien passés. La voiture est déjà très fiable, il y a bien sûr des points à améliorer mais la base est bonne. Je suis optimiste, on va avoir une bonne voiture pour se battre. Avec les 24 Heures du Mans désormais intégrées au calendrier de l'Intercontinental Le Mans Cup (ILMC), le championnat prend-il encore plus d'importance pour Audi ? C'est clair qu'un championnat qui inclut les 24 Heures prend de la valeur. On était un des premiers constructeurs à pousser à la création de ce championnat et pour nous, c'était déjà quelque chose d'important en 2010. Avec l'inclusion des 24 Heures, ça devient bien sûr d'autant plus intéressant. La course en elle-même reste la reine de l'Endurance, mais avoir un championnat international autour, c'est quelque chose de très important. Audi a poussé depuis plusieurs années pour cette configuration. On était certain que l'Endurance avait besoin d'un championnat qui parcourt le monde entier. Avec ça, on peut faire de notre discipline un sport exceptionnel, fun et sympa. On est déjà un sport majeur, mais ce championnat autour des 24 Heures va bien sûr donner plus de force aux protos et à l'Endurance. "Réagir correctement aux choses imprévisibles, c'est une force d'Audi" Pour les 24 Heures, vous pensez faire aussi bien que l'an dernier ? On espère être en position de se battre pour la victoire, bien sûr. L'année passée était exceptionnelle pour nous, on n'avait pas la même vitesse que Peugeot mais on a eu une fiabilité exceptionnelle. Tout le team n'a fait aucune erreur. Au Mans, il faut toujours avoir une voiture forte, un team fort et un petit peu de chance, car il y a toujours des choses qu'on n'a pas en main. On peut réagir correctement aux choses imprévisibles, c'est une force d'Audi. Pour l'avenir, j'espère qu'on pourra se battre comme les années précédentes, avec Peugeot mais aussi d'autres équipes bien armées, qui se préparent à la victoire aux 24 Heures. Quand vous parlez d'anticiper les choses imprévisibles, c'est ce que Peugeot n'a pas su faire en 2010 ? Je ne parle pas de ça, je parle des accidents qui ne sont pas le fait des pilotes eux-mêmes, mais provoqués par d'autres pilotes qui n'ont pas vu la voiture, par exemple. Ce sont des choses qui, au Mans, peuvent toujours arriver. En 24 heures, le risque de toucher une autre voiture est normalement plus grand que sur n'importe quelle autre course. Que pensez-vous des évolutions de règlement (voir encart, ndlr) pour cette année ? Ces changements sont opérés avec les constructeurs. Je pense qu'on est sur le bon chemin, car ce sont des évolutions qu'on pourra observer ensuite sur les voitures de nos clients. Le Mans prépare des technologies pour le futur et on est prêt à participer. Je suis certain que ce règlement est bien préparé pour l'avenir. A ce propos, qu'en est-il de l'hybride en Endurance ? Tous ceux qui pensent que l'hybride est la meilleure solution d'efficacité vont l'utiliser. On pourrait déjà l'utiliser dès cette année en Endurance. Mais on ne s'en servira seulement lorsque nous serons certains qu'il s'agira de la version la plus efficace. On peut l'utiliser en vue de l'amélioration des voitures particulières et pour ça, l'efficacité est primordiale. L'hybride est un chemin. C'est possible dès cette année, on verra qui décidera de l'utiliser.