Ulissi et la bagarre de rue

  • A
  • A
Ulissi et la bagarre de rue
Partagez sur :

L'arrivée de la 17e étape du Giro a été marquée par un sprint houleux dans les rues de Tirano. Diego Ulissi et Giovanni Visconti se sont bien frottés dans les derniers mètres, et c'est finalement le coureur de la Lampre qui a été désigné vainqueur après le déclassement du champion d'Italie. Alberto Contador, qui a terminé dans le peloton à près de trois minutes, reste en rose.

L'arrivée de la 17e étape du Giro a été marquée par un sprint houleux dans les rues de Tirano. Diego Ulissi et Giovanni Visconti se sont bien frottés dans les derniers mètres, et c'est finalement le coureur de la Lampre qui a été désigné vainqueur après le déclassement du champion d'Italie. Alberto Contador, qui a terminé dans le peloton à près de trois minutes, reste en rose. Dans la tranquillité de la vallée alpine, entre Feltre et Tirano, c'est presque une bagarre de rue qui a ponctué la 17e étape du Tour d'Italie. Dans un final à quatre entre Diego Ulissi, Giovanni Visconti, Pablo Lastras et Jan Bakelants, les deux Italiens se sont empoignés, au sens propre comme au figuré, dans les dernières mètres de course. Après avoir lancé le sprint à trois cent mètres de l'arrivée, Ulissi a tassé Visconti le long des balustrades, avant que le champion d'Italie ne réplique en repoussant vigoureusement de la main son compatriote. Premier sur la ligne, Visconti a finalement été déclassé par les commissaires de course au profit d'Ulissi, qui a donc décroché à 21 ans un premier succès pour son premier Grand Tour. Mais dans quelles conditions... Le jury a pourtant tergiversé avant d'annoncer sa décision finale. La caméra de la RAI les a filmé stoïques au moment du sprint, comme dépassés par les événements. Ils l'ont été dans les minutes suivantes en validant la victoire de Visconti, avant de se raviser et d'attribuer ce succès à Ulissi. Le coureur de la Lampre, il est vrai coupable d'un mouvement latéral vers les barrières, est moins condamnable que Visconti et son geste d'humeur alors que le sprint n'était pas encore terminé. "J'allais plus vite que lui, il m'a bousculé sans me regarder, si je ne mets pas mon bras, il me fait tomber, c'est sa faute", a argué Visconti, très remonté devant les micros. Et dire qu'en sa qualité de champion d'Italie, il porte le dossard 150, sensé symbolisé l'unité italienne... Au-delà de ce différend italo-italien, l'étape du jour était l'occasion pour les baroudeurs de se porter à l'avant et pour certains coureurs de se rapprocher au classement général. Christophe Le Mével, Hubert Dupont et Kanstantsin Siutsou appartenaient à la deuxième catégorie. Logique donc de les retrouver parmi les quinze échappés qui ont compté plus de six minutes d'avance sur le peloton. La bonne opération est à mettre au crédit du Bélarusse de la formation HTC, 12e du général ce matin et désormais cinquième à un peu plus de neuf minutes d'Alberto Contador. Le Mével, qui a craqué dans les derniers kilomètres, n'a pas mis sa journée à profit puisqu'il stagne à la 16e place (+20'53"). Dupont, lui, a dépassé Dario Cataldo et s'est installé au 14e rang (+14'18"). Une journée pour pas grand-chose finalement...