Tsonga, un coup dans l'eau

  • A
  • A
Tsonga, un coup dans l'eau
Partagez sur :

Déception pour Jo-Wilfried Tsonga. Le n°1 français s'est incliné ce mercredi dès son entrée en lice dans le Masters 1000 de Shanghai, battu en trois manches par Kei Nishikori (6-7, 6-4, 6-4). Le Manceau perd une belle occasion d'engranger des points en vue des Finales de l'ATP World Tour. La tournée asiatique est donc terminée pour le Manceau. Gilles Simon est le dernier Tricolore en lice.

Déception pour Jo-Wilfried Tsonga. Le n°1 français s'est incliné ce mercredi dès son entrée en lice dans le Masters 1000 de Shanghai, battu en trois manches par Kei Nishikori (6-7, 6-4, 6-4). Le Manceau perd une belle occasion d'engranger des points en vue des Finales de l'ATP World Tour. La tournée asiatique est donc terminée pour le Manceau. Gilles Simon est le dernier Tricolore en lice. Jo-Wilfried Tsonga peut s'en vouloir. Après les éliminations de Mardy Fish et Jürgen Melzer, soit deux têtes de série en moins, sa partie de tableau au Masters 1000 de Shanghai lui offrait un beau boulevard jusqu'en demi-finales, avec en bonus de précieux points dans la course aux Finales de l'ATP World Tour. Autant de perspectives qui sont parties en fumée ce mercredi avec la défaite du Manceau, tête de série n°4 en Chine, contre Kei Nishikori (6-7, 6-4, 6-4) lors de son entrée en lice. La tournée asiatique s'achève donc sur une fausse note. Demi-finaliste la semaine passée à Pékin, Tsonga débarquait relativement confiant à Shanghai, même s'il avait reconnu manquer un peu de jus en cette fin de saison. Son match face à Nishikori lui a confirmé qu'avec moins de tonus dans les jambes et le bras droit, la tâche en devient beaucoup plus compliquée. A s'emmêler les pinceaux, tiraillé entre son jeu tout en puissance et ses variations pour gêner l'excellent bras du Japonais, le n°1 français s'est montré trop inconstant pour s'imposer. Mais c'est surtout son premier service déficient (52% de premières balles et cinq double fautes) qui l'a empêché de s'installer et de prendre le jeu à son compte. Quand il sert le plomb, Tsonga s'octroie une marge de manoeuvre suffisante sur les joueurs au-delà de la 20e place mondiale. Sinon, il devient vulnérable. Après le gain de la première manche au jeu décisif (7-6), sans balle de break à défendre de part et d'autre, "Jo" baissait le pied dans ses intentions. A moins s'engager dans l'échange, il se mettait en danger sur son service. Une première fois sans frais, avec trois premières balles de break à écarter pour recoller à 2-2, avant de perdre deux fois son engagement en fin de set (4-6). C'est la première manche remportée par Nishikori contre un joueur du top 10 cette saison. Le Japonais, qui compte une finale (à Houston) et trois demies (Eastbourne, Delray Beach et Kuala Lumpur) en 2011, n'a pas qu'un excellent bras, il a aussi de très bonnes jambes et une couverture de terrain remarquable. Sur la corde raide, Tsonga, malgré son break d'avance dans le dernier set, multipliait les mauvais choix, comme ses deux coups droits balancés qui offraient les deux premières balles de match à Nishikori, écartées par deux aces (dont un sur deuxième balle !). A la troisième, il envoyait son adversaire en huitièmes de finale avec un sentiment d'inachevé (4-6). Nicolas Almagro et Gilles Simon, ses deux plus proches poursuivants dans la course aux Finales de l'ATP World Tour et toujours en lice à Shanghai, n'en demandaient pas tant. Il lui faudra batailler jusqu'à Paris-Bercy pour garder son strapontin.