Tsonga tombe sur un os

  • A
  • A
Tsonga tombe sur un os
Partagez sur :

Jo-Wilfried Tsonga ne verra pas les huitièmes de finale à Cincinnati, après sa défaite surprise face à Alex Bogomolov Jr. mercredi (6-3, 6-4). Une déception pour le 10e joueur mondial, qui mise gros sur l'US Open. Autres éliminés du jour, Julien Benneteau et Michael Llodra n'ont rien pu faire face à l'armada espagnole, alors que Gaël Monfils et Richard Gasquet franchissent eux le deuxième tour.

Jo-Wilfried Tsonga ne verra pas les huitièmes de finale à Cincinnati, après sa défaite surprise face à Alex Bogomolov Jr. mercredi (6-3, 6-4). Une déception pour le 10e joueur mondial, qui mise gros sur l'US Open. Autres éliminés du jour, Julien Benneteau et Michael Llodra n'ont rien pu faire face à l'armada espagnole, alors que Gaël Monfils et Richard Gasquet franchissent eux le deuxième tour. A le voir quitter au pas de course, langue tirée, le Court n°3 du tournoi de Cincinnati, on se doute que Jo-Wilfried Tsonga n'a que très peu goûté sa défaite express du jour (1h12), au deuxième tour face à Alex Bogomolov Jr. (6-3, 6-4). Certes, ce dernier, Américain d'origine russe qui effectue cette semaine pour la première fois de sa carrière une incursion dans le Top 50 de l'ATP, affiche, à 28 ans, la forme de sa vie. Mais tout de même. Conspué par le public québécois après son abandon - officiellement en raison d'une blessure au bras droit - contre Novak Djokovic en demi-finales du tournoi de Montréal, le Manceau avait rassuré son monde en ouverture de l'épreuve face à Marin Cilic (6-3, 6-4). Et il était même confiant avant d'attaquer ce deuxième tour. Peut-être trop. "Plus je joue relâché, mieux je joue, confiait-il ainsi au micro d'Orange Sport. L'objectif reste quand même l'US Open." Un objectif qu'il va désormais avoir le temps de préparer, en espérant que cette défaite ne soit pas la conséquence d'une nouvelle blessure. Mais cela n'y ressemblait pas, le Manceau donnant surtout l'impression de subir les événements face à un joueur issu des qualifications et qui a encore tiré le gros lot au tour suivant, avec un Andy Murray en regain de forme. Une forme derrière laquelle court désormais Jo-Wilfried Tsonga, même si la thèse de l'accident reste privilégiée. Llodra se console avec le double D'accident il n'y eût point pour Richard Gasquet, face au gros serveur sud-africain Kevin Anderson. Malgré les coups de boutoir de son adversaire (12 aces), le Biterrois a tenu bon pour s'imposer en deux manches (7-6, 6-4), et rejoindre Mardy Fish en huitièmes de finale. Un tout autre calibre puisque l'Américain, qui a réussi à inquiéter Djokovic en finale à Montréal, reste sur trois finales de rang et n'est jamais aussi dangereux que sur le rapide ciment américain. Un vrai test pour Gasquet, qui avait déçu au Québec face à Almagro. Si le physique tient... Touché à la cuisse gauche dès le premier jeu de son match face à Ivan Dodig, Gaël Monfils n'aura pas été le Bleu le moins méritant de la journée. Face à un Croate tombeur surprise de Rafael Nadal à Montréal, le numéro un français, d'abord boitillant, est doucement monté en puissance. Malgré la perte de la première manche, il s'est accroché pour remporter le deuxième acte, en sauvant neuf balles de break ! Et au bout de deux heures de jeu, c'est finalement Dodig qui a craqué, abandonnant en raison de douleurs au genou droit (4-6, 6-3, 4-0). Un soulagement pour Monfils, qui disputera son troisième match de l'année face à Philipp Kohlschreiber, un peu plus d'un mois après son succès face à l'Allemand en quarts de finale de la Coupe Davis. Mais c'était sur terre battue... Défier Rafael Nadal n'est jamais une sinécure. Surtout quand le taureau de Manacor s'avance revanchard, après avoir entamé sa tournée américaine par une défaite d'entrée (voir plus haut). C'était l'ampleur de la tâche proposée à Julien Benneteau mercredi à Cincinnati, un Bressan, redescendu au 112e rang mondial, qui avait tout de même réussi à prendre un set à l'Espagnol l'an dernier dans ce même tournoi. Ce ne fut pas le cas cette fois ci, malgré un semblant d'espoir lorsque l'ancien numéro un mondial a servi pour le match à 5-4 avant de commettre trois fautes directes et de voir revenir le Tricolore, qui s'inclinera au final en deux manches (6-4, 7-5). Michael Llodra n'aura pas eu plus de réussite face à Fernando Verdasco (6-4, 6-4), futur adversaire de Nadal. Le Parisien pourra toujours se consoler avec le double, puisqu'il est en lice pour remporter un troisième titre de rang avec Nenad Zimonjic. Il y a pire consolation...