Tsonga tombe à plat

  • A
  • A
Tsonga tombe à plat
Partagez sur :

Jo-Wilfried Tsonga a craqué sur la terre battue de Roland-Garros. Menant deux manches à rien face à Stanislas Wawrinka, le Français s'est incliné en cinq manches (7-6, 6-4, 6-7, 2-6, 3-6) laissant le Suisse défier Roger Federer en huitièmes de finale.

Jo-Wilfried Tsonga a craqué sur la terre battue de Roland-Garros. Menant deux manches à rien face à Stanislas Wawrinka, le Français s'est incliné en cinq manches (7-6, 6-4, 6-7, 2-6, 3-6) laissant le Suisse défier Roger Federer en huitièmes de finale. Le derby vaudois a tourné à l'avantage du "vrai" Suisse. Stanislas Wawrinka, né à Lausanne et résidant pas très loin, à St-Barthelemy, a donc eu raison de son voisin manceau du Canton de Vaud, de La Rippe plus précisément. Le tout au terme d'un match de plus de quatre heures et qui s'est déroulé finalement comme on l'attendait entre deux joueurs très proches, et pas uniquement au niveau du classement, ni de l'âge. Wawrinka, trois semaines plus âgé que son adversaire (14e joueur mondial), et Tsonga, 17e à l'ATP, ont offert un spectacle de haute intensité enrichi de suspense jusqu'à la dernière balle. Le Français nourrira forcément des regrets pour avoir mené deux sets à rien (6-4, 7-6), parfaitement conscient toutefois que la marge était étroite. C'est ce que s'est dit le Suisse qui a démontré vendredi sur le Philippe-Chatrier un mental difficile à ébranler. "Je me bats toujours et j'espère revenir dans le match à ce moment-là. J'ai eu un peu de chance et après le deuxième set, j'ai commencé à bien jouer", lâchera à chaud Stanislas Wawrinka. Federer-Wawrinka, acte II La suite est effectivement moins reluisante pour un Jo-Wilfried Tsonga qui ne démérite pas non plus. Le premier tournant de la rencontre se situe évidemment au tie break du troisième set remporté sept points à cinq par le Suisse. "Je me défonce dans ce set pour en terminer et je le perds pour pas grand-chose. C'est devenu difficile ensuite car il jouait très bien et il était en confiance. Si je ne frappais pas très fort dans les angles, je ne marquais pas de point", explique le Manceau qui échoue pour la deuxième fois consécutive au 3e tour d'un Grand Chelem. La dernière remonte à l'Open d'Australie et déjà en cinq sets, face à Dolgopolov. "Il a juste été meilleur que moi sur l'ensemble", conclura fair-play Jo-Wilfrid Tsonga dont l'accolade avec son adversaire à la fin de match témoigne du respect entre les deux hommes de 26 ans. « L'homme aux deux coups droits », comme l'a surnommé son entraîneur, Peter Lundgren, en raison d'un revers à une main de toute beauté, s'imposera 6-3 dans la dernière manche pour retrouver Roger Federer dont le coach des débuts n'est autre que Lundgren. Ce dernier trouvera-t-il les ingrédients pour placer son poulain dans les meilleures conditions ? Réponse dimanche mais une chose est certaine, Wawrinka n'a pas envie de revivre le scénario de l'année dernière, à ce même stade de la compétition, où il s'était incliné en trois sets avec l'impression de n'avoir pas tout donné. C'est l'heure de se rattraper.