Tsonga sur une oreille

  • A
  • A
Tsonga sur une oreille
Partagez sur :

Victime d'une infection à une oreille selon son propre aveu, Jo-Wilfried Tsonga s'est difficilement débarrassé de l'Italien Fabio Fognini (6-4, 7-6), lundi soir, pour son entrée en lice dans le Masters 1000 de Montréal. Une bonne nouvelle cependant au vu des évictions prématurées de Jérémy Chardy et Adrian Mannarino.

Victime d'une infection à une oreille selon son propre aveu, Jo-Wilfried Tsonga s'est difficilement débarrassé de l'Italien Fabio Fognini (6-4, 7-6), lundi soir, pour son entrée en lice dans le Masters 1000 de Montréal. Une bonne nouvelle cependant au vu des évictions prématurées de Jérémy Chardy et Adrian Mannarino. Alors que le tennis tricolore déplorait les éliminations précoces de Jérémy Chardy et Adrian Mannarino au profit du Croate Ivan Dodig (6-3, 6-4) et de l'Américain Alex Bogomolov Jr. (6-2, 7-6), la lumière est venue comme attendu de Jo-Wilfried Tsonga, cette nuit, au Canada. Tête de série n°13 à Montréal et de fait principale attraction en lice ce lundi sur les courts québécois, l'intéressé a répondu présent, se qualifiant pour le deuxième tour en écartant l'Italien Fabio Fognini, un adversaire qu'il n'avait encore jamais rencontré sur le circuit. Le résultat est une chose, la manière dont il a été acquis une autre. Et sur ce point il convient de nuancer la victoire du Manceau. Si ce n'est une partie de Coupe Davis sans enjeu remportée contre l'Allemand Philipp Kohlschreiber il y a un mois, Jo-Wilfried Tsonga n'avait plus disputé le moindre match officiel depuis sa demi-finale à Wimbledon. Et ça s'est vu sur le court central du Stade Uniprix. Certes dominateur et incisif dans l'échange lors d'une première manche enlevée en 38 minutes (6-4), le 16e joueur mondial a peiné face au 32e à l'ATP, ne concluant les débats qu'à l'issue d'un jeu décisif. "J'ai attrapé un rhume à cause de la climatisation et j'ai une oreille qui se bouche par intermittence, expliquera après coup aux médias le Français, relayé par le quotidien québécois La Presse. Cela nuit à mon équilibre et j'avais parfois des difficultés avec mon placement sur le terrain." Résultat, il a fallu près d'une heure à Jo-Wilfried Tsonga pour empocher le deuxième set, à la faveur d'un débreak tardif, à 4-5 pour le Transalpin, et d'un tie-break heureusement maîtrisé (7-6 [0]). "C'était un vrai match de reprise, dixit le Sarthois. Je n'ai repris l'entraînement sérieux que récemment, à Las Vegas, et je n'ai pas très bien joué ce soir. J'ai accompli le plus important: gagner, mais je devrai faire mieux par la suite. A condition que mon oreille me laisse tranquille !" Face à lui se dresse désormais l'Australien Bernard Tomic, quart de finaliste surprise à Wimbledon il y a quelques semaines et vainqueur du Taiwanais Yen-Hsun Lu au premier tour. Un passage obligé avant le huitième de finale attendu qui devrait l'opposer au Suisse Roger Federer. Demi-finaliste à Montréal il y a deux ans, Jo-Wilfried Tsonga avait notamment disposé du Bâlois pour rallier ce dernier carré...