Tsonga sorti à son tour

  • A
  • A
Tsonga sorti à son tour
@ Reuters
Partagez sur :

TENNIS - Jo-Wilfried Tsonga a chuté en 8e face à Robin Söderling.

TENNIS - Jo-Wilfried Tsonga a chuté en 8e face à Robin Söderling. Le désert d'Indian Wells n'a décidément rien d'un jardin pour les Français. Pour la troisième année consécutive, les quarts de finale du tournoi californien se joueront sans le moindre représentant tricolore, que ce soit dans le tableau masculin ou féminin. Une triste tradition plus ancrée encore chez les messieurs, Jo-Wilfried Tsonga peut en témoigner, lui qui pour la deuxième fois en trois ans s'est arrêté la nuit passée au stade des huitièmes de finale. En 2008, Rafael Nadal s'était chargé de son éviction, cette fois, c'est un autre de ses épouvantails qui a officié: Robin Söderling. Dominé par le Suédois sur la terre de Hambourg en 2008 puis sur le revêtement dur de Shanghai la saison dernière, le Manceau n'a de nouveau rien pu, mercredi soir, pris de court par la vista et la puissance d'un adversaire en état de grâce. Repoussé au-delà des limites du court d'entrée de match, "Jo" a dû se résoudre à abandonner son tout premier service, contraint alors de courir après le score durant tout la première manche. En vain. Sans jamais avoir eu l'opportunité de refaire son retard, le n°1 français concédait le premier set 6-3, avant de perdre une seconde fois sa mise en jeu... Même cause, même effet, le Scandinave pouvait dès lors dérouler son jeu offensif sans avoir à tergiverser, lui dont le mental peut parfois se révéler vacillant et traitre. Pourtant, Jo-Wilfried Tsonga se procurait bien l'occasion d'un retour, tandis qu'il s'octroyait deux balles de break au sixième jeu de la deuxième manche. Seulement ce sursaut d'orgueil s'avérait peine perdue. Un dernier coup de collier et Robin Söderling concluait le match sur la marque de 6-3, 6-4. De quoi attendre sereinement son prochain adversaire, en quart de finale du Masters 1000 d'Indian Wells. Un prochain opposant qui ne sera autre que le Britannique Andy Murray, tombeur de l'Espagnol Nicolas Almagro, lequel a jeté l'éponge alors qu'il était mené 6-2, 1-0.