Tsonga-Simon, c'est tout bon

  • A
  • A
Tsonga-Simon, c'est tout bon
Partagez sur :

Début de journée idéale pour les Bleus ce mardi au Masters 1000 de Madrid. Les deux premiers Français en lice sur la terre battue madrilène, Gilles Simon et Jo-Wilfried Tsonga, se sont qualifiés en deux manches pour le 2e et 3e tour, en battant respectivement Ivan Ljubicic (7-5, 7-6) et Pere Riba (6-4, 6-2).

Début de journée idéale pour les Bleus ce mardi au Masters 1000 de Madrid. Les deux premiers Français en lice sur la terre battue madrilène, Gilles Simon et Jo-Wilfried Tsonga, se sont qualifiés en deux manches pour le 2e et 3e tour, en battant respectivement Ivan Ljubicic (7-5, 7-6) et Pere Riba (6-4, 6-2). Tout comme Tsonga, Llodra, Monfils et Mannarino, Gilles Simon a réussi ses débuts dans la Caja Magica, théâtre du Masters 1000 de Madrid. Le Niçois n'avait pourtant pas un 1er tour évident face à Ivan Ljubicic, mais il s'est montré suffisamment solide pour ne laisser aucune chance au Croate (7-5, 7-6). Si le score peut paraître étriqué, Simon n'a jamais été inquiété sur sa mise en jeu, remportant 77% de ses points, sans concéder la moindre balle de break. Une performance, contre quelqu'un comme Ljubicic. Finalement, c'est simplement dans le tie-break du deuxième set que Simon a tergiversé, puisqu'il lui a fallu s'y reprendre à quatre fois pour valider son ticket pour le 2e tour. Un stade où l'attend un certain Andy Murray. Le n°4 mondial est une vieille connaissance du Français. Il avait profité d'une blessure à la cheville du Niçois pour l'écarter du tournoi de Monte-Carlo (6-3, 6-3), sous les sifflets (sévères) du public monégasque. Nul doute que Simon rêvait d'avoir une revanche. A 100% de ses possibiltés. "Je vais essayer de m'inspirer de ce match", a précisé le Français. "Je m'étais tordu la cheville à la fin du premier set et curieusement, à partir de ce moment-là, mon bras s'était relâché et j'avais pu trouver des décalages et le mettre en difficulté." Tsonga facile, Del Potro dans la douleur Jo-Wilfried Tsonga, lui, est déjà en huitièmes de finale. Sans doute vexé d'avoir quitté le Top 20 pour la première fois depuis plus de trois ans, le désormais n°4 français (22e mondial) réalise un début de tournoi tonitruant. Dimanche, il avait corrigé Nicolas Almagro en à peine plus d'une heure (6-1, 6-3). Ce mardi, il a remis ça face à Pere Riba (6-4, 6-2). L'Espagnol, 76e à l'ATP et issu des qualifications, n'est certes pas un foudre de guerre, mais la manière dont Tsonga l'a muselé est intéressante et clairement encourageante si l'on compare aux dernières sorties du Manceau avant Madrid. Face à Riba, tout s'est probablement déroulé comme prévu pour Tsonga, que l'on a vu souriant et relâché sur le court. Dès le premier jeu, il a pris d'assaut le filet et son adversaire à la gorge. Une tactique totalement payante pour le Tricolore (26 coups gagnants contre 10 à Riba, 12 points sur 20 remportés au filet), qui a fait la course en tête durant les deux manches. Ce Tsonga-là, agressif et entreprenant, peut voir plus loin. En huitièmes, il pourrait retrouver un Robin Söderling en panne de résultats depuis son titre à Marseille en février, si le Suédois se défait de Santiago Giraldo mercredi. Enfin, à noter la nouvelle victoire de Juan Martin Del Potro, toujours invaincu cette saison sur terre battue. Victorieux la semaine passée du tournoi d'Estoril, l'Argentin s'est défait à Madrid de Mikhail Youzhny, en trois manches (6-1, 3-6, 6-3). Pourtant, Del Potro s'est fait très peur en début de deuxième manche. Touché à la jambe gauche, semble-t-il aux adducteurs, l'Argentin est resté plusieurs minutes entre les mains du kiné, avant de reprendre péniblement. Bien que diminué, Del Potro s'est bel et bien imposé contre la tête de série n°13, et affrontera Marin Cilic au tour suivant. Le vainqueur de ce match pourrait alors jouer Rafael Nadal en huitièmes de finale.