Tsonga se refait une santé

  • A
  • A
Tsonga se refait une santé
Partagez sur :

Forfait trois jours plus tôt contre Novak Djokovic, en pleine demi-finale à Montréal, Jo-Wilfried Tsonga a repris le dessus, mardi, pour son entrée en lice à Cincinnati. Le Manceau s'est imposé en deux sets convaincants aux dépens du Croate Marin Cilic (6-3, 6-4). Michaël Llodra, Gilles Simon et Julien Benneteau ont eux disposé de Mikhail Youzhny, de Jürgen Melzer et de Guillermo Garcia-Lopez. Edouard Roger-Vasselin n'a pas démérité face au Serbe Janko Tipsarevic.

Forfait trois jours plus tôt contre Novak Djokovic, en pleine demi-finale à Montréal, Jo-Wilfried Tsonga a repris le dessus, mardi, pour son entrée en lice à Cincinnati. Le Manceau s'est imposé en deux sets convaincants aux dépens du Croate Marin Cilic (6-3, 6-4). Michaël Llodra, Gilles Simon et Julien Benneteau ont eux disposé de Mikhail Youzhny, de Jürgen Melzer et de Guillermo Garcia-Lopez. Edouard Roger-Vasselin n'a pas démérité face au Serbe Janko Tipsarevic. Ce n'était donc qu'une alerte. "C'est seulement de la fatigue, une bonne contracture", avait confessé l'intéressé lui-même après son abandon contre Novak Djokovic, samedi dernier, en demi-finale du Masters 1000 de Montréal. Freiné dans ses ascensions passées par des blessures au dos, au genou ou encore aux abdos, Jo-Wilfried Tsonga, sifflé par le public canadien pour son manque de combativité face au n°1 mondial, avait juste choisi de ne pas prendre de risques à deux semaines de l'US Open. Bien lui en a manifestement pris. Rentré lundi dans un Top 10 qu'il avait quitté voilà près d'un an, le Sarthois avait retrouvé tous ses moyens ce mardi à l'heure d'attaquer le Masters de Cincinnati. Opposé au Croate Marin Cilic, le Français a fait preuve de talent et d'autorité pour rallier le deuxième tour en moins d'une heure et vingt minutes. Deux breaks - un dans chaque set - ont suffi à son bonheur face à un adversaire loin de son meilleur niveau. Un 26e joueur mondial coupable de 25 fautes directes dans ce match et qui n'aura su passer que 37% de ses premières balles. Trop peu pour prétendre à déstabiliser un Manceau puissant, précis et entreprenant comme en attestent ses sept points assurés au filet. De son côté, Michaël Llodra a lui écoeuré Mikhail Youzhny. Pour la deuxième fois en huit jours, le Parisien a barré le Russe dans un Masters 1000, en trois sets cette fois encore et à la faveur d'un tie-break gagnant dans la dernière manche (7-5, 3-6, 7-6). Fraîchement vainqueur des tournois de Washington et de Montréal avec son partenaire serbe Nenad Zimonjic, Michaël Llodra efface ainsi, à l'image de Tsonga, son récent abandon canadien. Même satisfaction pour un Gilles Simon qui s'était incliné d'entrée à Montréal et qui ce mardi a pris le meilleur sur l'Autrichien Jürgen Melzer au terme d'un match accroché (6-7, 6-3, 7-5). Confronté à l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, Julien Benneteau, rescapé des qualifications, a lui aussi atteint le second palier, dominateur dans le premier set avant de bénéficier de l'abandon de son opposant (6-3, 1-0). C'est en revanche terminé pour un Edouard Roger-Vasselin qui en était également passé par les tours de chauffe pour entrer dans le tableau final du Masters 1000 nord-américain. Surclassé dans un premier acte à sens unique, le Francilien a eu le mérite de renverser la vapeur dans le deuxième acte pour pousser son adversaire, le Serbe Janko Tipsarevic, dans ses derniers retranchements. Un n°20 mondial touché au pied gauche qui aura finalement tenu bon, l'emportant au forceps 6-0, 3-6, 7-6.