Tsonga passe en force

  • A
  • A
Tsonga passe en force
Partagez sur :

Jo-Wilfried Tsonga s'est montré expéditif pour son entrée en matière à Marseille. Le Manceau, récent finaliste à Rotterdam, n'a pas fait de cadeaux à son jeune compatriote Benoît Paire qu'il a battu en 55 minutes ce mardi (6-1, 6-2). Il retrouvera Sergiy Stakhovsky au deuxième tour de l'Open 13. Dans le remake de la finale 2010, Michaël Llodra a pris le meilleur sur Julien Benneteau (6-4, 4-6, 6-3).

Jo-Wilfried Tsonga s'est montré expéditif pour son entrée en matière à Marseille. Le Manceau, récent finaliste à Rotterdam, n'a pas fait de cadeaux à son jeune compatriote Benoît Paire qu'il a battu en 55 minutes ce mardi (6-1, 6-2). Il retrouvera Sergiy Stakhovsky au deuxième tour de l'Open 13. Dans le remake de la finale 2010, Michaël Llodra a pris le meilleur sur Julien Benneteau (6-4, 4-6, 6-3). Le tirage au sort de l'Open 13 lui avait réservé un premier tour piège, il l'a esquivé sans la moindre difficulté. Jo-Wilfried Tsonga n'a connu aucune frayeur, mardi, lors du premier match de la session de soirée à Marseille, pour se défaire d'un jeune Français de 21 ans qui monte et qui aspire, un jour, à prendre la place du Manceau dans la hiérarchie du tennis tricolore. "Ce n'est jamais évident comme match, confiait "Jo" à sa sortie du court, après avoir renvoyé à ses études l'Avignonnais, 120e joueur mondial. Il fallait lui montrer que c'est encore moi le patron et qu'il va falloir venir me chercher." Mission réussie puisqu'à aucun moment Tsonga n'a laissé l'espoir à son adversaire qu'il pourrait l'accrocher. Lionel Zimbler, l'entraîneur de Paire, expliquait devant les caméras de Sport+ au moment où les deux joueurs s'échauffaient que son poulain était "tendu, mais c'est de la bonne tension. Sa première peur c'est de ne pas être à la hauteur. Il va falloir gérer ce stress. Mais on croit vraiment en lui." Si le régional de l'étape est en effet promis à un bel avenir, il n'a pas réussi à gérer cette situation. Il a dû attendre 17 minutes pour remporter son premier jeu, mais il avait alors déjà perdu les cinq premiers. Cinq minutes plus tard, Tsonga empochait la première manche sur sa mise en jeu (6-1). Le suspense n'était pas plus haletant dans la seconde durant laquelle le n°2 français continuait de faire parler sa puissance. Un double break très vite en poche (4-1) et la messe était dite, d'autant que Paire, dépassé, n'avait plus envie de se battre. Pour Tsonga, ce premier tour bouclé en 55 minutes, après avoir atteint la finale à Rotterdam la semaine dernière, est une excellente nouvelle. "J'espère être sur la même lancée. Le but c'est d'aller au bout du tournoi, donc de ne pas laisser trop de forces dans les premiers tours. " Le premier objectif est rempli, place désormais à l'irrégulier Sergiy Stakhovsky, son prochain adversaire. Llodra: "C'était décousu..." Le deuxième tour, Michaël Llodra y prendra également part. Dans le remake de la finale de l'édition 2010, qu'il avait remportée, le Parisien a eu raison dans la soirée de Julien Benneteau, son partenaire de double en Coupe Davis. Lors de ce troisième affrontement entre les deux hommes - ils étaient à égalité une victoire chacun avant d'entrer sur le court -, l'enjeu a souvent pris le pas sur le jeu. Les points à défendre étaient en effet nombreux pour les deux Français, d'autant plus que Benneteau, dont la fin de saison dernière fut gâchée par une blessure au poignet, est encore en manque de repères. Llodra a su en profiter en faisant la différence au meilleur moment au premier set, réussissant le break à 5-4 pour prendre une option sur la victoire. Le Bressan a su remettre les compteurs à zéro en réalisant lui aussi un break dans le set suivant (4-6). Mais «Mika», efficace au service, a mieux fini, s'emparant pour la deuxième fois du service de Benneteau dans le sixième jeu de la manche décisive avant de dérouler et de conclure sur un ace (6-4). "C'était décousu, concédait le 23e joueur mondial avant de quitter le court. C'était dur de jouer Julien d'autant plus qu'il a un peu de mal en ce moment. J'ai sans doute aussi oublié d'être un peu agressif. C'est une bonne victoire malgré tout. Je suis sûr que ça ira mieux au deuxième tour. Surtout que j'ai de bonnes sensations sur ce court." On s'en était rendu compte il y a un an.