Tsonga ne pouvait pas s'arrêter là

  • A
  • A
Tsonga ne pouvait pas s'arrêter là
Partagez sur :

Brillant vainqueur de Fernando Verdasco au 3e tour, Jo-Wilfried Tsonga a poursuivi sur sa lancée à l'US Open en dominant Mardy Fish en huitièmes de finale. A l'issue d'un combat de cinq manches, et malgré un petit passage à vide, le Français s'en est sorti (6-4, 6-7, 3-6, 6-4, 6-2) et disputera son premier quart de finale à Flushing Meadows. Ce sera contre Roger Federer, expéditif devant Juan Monaco (6-1, 6-2, 6-0).

Brillant vainqueur de Fernando Verdasco au 3e tour, Jo-Wilfried Tsonga a poursuivi sur sa lancée à l'US Open en dominant Mardy Fish en huitièmes de finale. A l'issue d'un combat de cinq manches, et malgré un petit passage à vide, le Français s'en est sorti (6-4, 6-7, 3-6, 6-4, 6-2) et disputera son premier quart de finale à Flushing Meadows. Ce sera contre Roger Federer, expéditif devant Juan Monaco (6-1, 6-2, 6-0). Ça s'est terminé par un smash rageur, libérateur. Et puis Jo-Wilfried Tsonga a choisi de prolonger le plaisir. Après sa traditionnelle danse des pouces, le Manceau s'est offert un petit lancer de balles dans le public du court Arthur-Ashe, désormais recouvert par la nuit depuis longtemps. Après tout, ce n'est pas tous les ans que le Français se hisse en quarts de finale de l'US Open. C'est même la première fois et ce n'est que justice vu le niveau de jeu qu'il affiche depuis plusieurs semaines. Pour réussir son meilleur parcours à Flushing Meadows, Tsonga a donc dû franchir l'obstacle Mardy Fish, le meilleur joueur de la tournée américaine. La tâche était loin d'être aisée, mais le futur n°10 mondial (en attendant mieux) a fini par s'en sortir en cinq manches, après 3h46 de lutte (6-4, 6-7, 3-6, 6-4, 6-2). Que du bonheur pour Tsonga, qui a su relever la tête après un passage à vide du milieu de la troisième manche. Tout avait pourtant bien commencé pour le Français. Après avoir repoussé trois balles de break, Tsonga est parvenu à se détacher au meilleur moment, sur sa première opportunité (6-4). Sous le vent, c'est un Tsonga gestionnaire (7 fautes directes, 16 à Fish) qui prenait les devants. Dans ces conditions, difficile de s'enflammer. Et le Sarthois l'avait bien compris. L'important était de rester concentré, et d'attendre la baisse de régime d'un Fish moins royal que depuis le début de l'été (17 victoires en 20 matches). Malheureusement pour le Français, le huitième joueur mondial tenait bon au service, et les deux joueurs devaient en passer par un tie-break. Tsonga prenait le large en premier (5-4, service à suivre), sur un lob superbe. Mais le n°2 Tricolore allait gâcher cette opportunité, sur deux fautes directes. Contre un Top 8, ça ne pouvait pas pardonner. Un set partout (6-7 [5]), et tout à refaire. Tsonga refait surface dans le 4e set On sentait alors le Français frustré par les conditions de jeu, le vent redoublant d'intensité, et par le scénario. On le vit même se plaindre de cris venant du box de son adversaire. Fish, en revanche, semblait d'un coup plus aérien. Comme libéré par le gain du deuxième set, le n°1 américain, au classement mais pas dans les coeurs (il suffisait de voir le court Arthur-Ashe à moitié rempli pour un huitième de finale), se montrait plus mobile, et plus présent au filet. Pas plus entreprenant, car ce coup-ci, c'est lui qui se montrait plus calculateur (5 coups gagnants dans le 3e set). Tsonga ne modifiait pas d'un iota la tactique qui fonctionne si bien depuis le début de l'été, mais d'un coup il se sentait obligé d'en mettre un peu plus dans chaque balle. Son déchet s'en ressentait, et logiquement Fish parvenait à breaker pour la première fois de la partie (3-4), avant de filer vers le gain du set (3-6). Si détendu ces derniers mois, le Manceau paraissait soudain plus crispé. Et l'on voyait soudain resurgir l'ombre de "l'ancien Tsonga", râleur, irrégulier, et aux choix tactiques douteux. Heureusement, cette apparition n'allait être que furtive, le temps tout de même de craindre le pire pour le 11e joueur mondial. Mais sans prévenir, Tsonga refaisait surface et à 4-4, d'un retour dans les jambes de Fish poussant l'Américain à la faute, il obtenait une balle de break. Soudain crispé, Fish se manquait sur le point suivant. 5-4 puis 6-4, le momentum était définitivement renversé, en un éclair. Cette impression était confirmée dès l'entame de la cinquième manche. Dès le deuxième point, Tsonga sortait vainqueur d'un duel épique à la volée (bien aidé par un raté de Fish), et regagnait son coin en trottinant tel un boxeur. Le KO était proche. D'un coup droit ravageur, le Français s'offrait une balle de break qu'il exploitait parfaitement en trouvant les jambes de Fish dès le retour suivant. Boom, boom. La machine était repartie de plus belle. Elle ne s'arrêtera plus, empochant un nouveau break en chemin (4-1) avant de conclure (6-2). Il fonce maintenant sur un certain Roger Federer.