Tsonga: "Le jeu et rien d'autre"

  • A
  • A
Tsonga: "Le jeu et rien d'autre"
Partagez sur :

Sans entraîneur depuis presque deux mois, le Manceau n'en a pas moins réussi dimanche son entrée à Roland-Garros en disposant d'Hajek au premier tour (6-3, 6-2, 6-2). Jo-Wilfried Tsonga a confirmé qu'il avait changé d'attitude en même temps qu'il s'était séparé d'Eric Winogradsky. Volontairement moins dispersé, le Français désire se concentrer sur le tennis pour tendre vers l'excellence.

Sans entraîneur depuis presque deux mois, le Manceau n'en a pas moins réussi dimanche son entrée à Roland-Garros en disposant d'Hajek au premier tour (6-3, 6-2, 6-2). Jo-Wilfried Tsonga a confirmé qu'il avait changé d'attitude en même temps qu'il s'était séparé d'Eric Winogradsky. Volontairement moins dispersé, le Français désire se concentrer sur le tennis pour tendre vers l'excellence. Vous avez disputé un premier tour bien négocié, est-ce l'entame idéale ? Oui, j'avais envie de bien faire et je suis entré sur le court relativement décontracté. Ce n'était pas évident car il y avait beaucoup de vent, on n'a pas vu un grand tennis mais avec ces conditions c'est pas mal. Je crois que je n'étais jamais entré aussi décontracté que ça. Je suis dans mes objectifs, notamment relativiser l'événement et jouer simplement mon meilleur tennis. Quels pouvaient être les dangers dans ce genre de match ? De s'énerver après les conditions justement, ce vent qui gênait pas mal ou après des coups ratés. C'est comme ça qu'on perd la concentration et qu'on laisse des plumes sur le terrain. Aujourd'hui (dimanche), je n'ai pas trop joué longtemps et le score est assez sec. Quelles sont les autres satisfactions ? Le coup droit mais aussi le revers, dans le vent... Le service, bien aussi mais pas incroyable non plus. Dans l'attitude, c'était parfait. J'ai beaucoup travaillé ça et Roland-Garros est une étape, je ne vais pas m'arrêter. C'est un travail de longue haleine. Le tennis est un sport difficile psychologiquement, on a besoin d'être maître de soi. Quand on fait des bourdes, on a envie de le crier à la terre entière alors qu'il faut positiver. Vous êtes moins attendu cette année, est-ce plus agréable ? Je n'ai pas trop fait attention avant le tournoi. En 2010, j'ai fait l'erreur d'accepter beaucoup de sollicitations. Cette année, attendu ou pas, j'ai décidé d'en faire moins et de me concentrer sur le jeu et rien d'autre. Sans entraîneur qu'est-ce qui change ? C'est la même chose sauf que je n'ai pas d'entraîneur derrière moi pour me dire lors des séances comment jouer tel coup ou positionner mon bras. Eric (Winogradsky) me disait toujours de regarder et d'analyser mes matches et je lui répondais « Mais tu le fais pour moi ! ». Maintenant, je récupère les DVD de mes rencontres et je fais une autocritique sensée et productive, je regarderai mon premier tour demain (lundi).