Tsonga, la passe de trois ?

  • A
  • A
Tsonga, la passe de trois ?
Partagez sur :

Solide et plein de ressources contre Mardy Fish, Jo-Wilfried Tsonga va disputer son premier quart de finale de l'US Open. Pour atteindre le dernier carré de la dernière levée du Grand Chelem de la saison, comme il l'a déjà fait à Melbourne et à Wimbledon, le Français va devoir franchir l'obstacle Roger Federer, quintuple vainqueur à New York. Déjà le cinquième duel entre les deux hommes cette année, et le Manceau a remporté les deux derniers.

Solide et plein de ressources contre Mardy Fish, Jo-Wilfried Tsonga va disputer son premier quart de finale de l'US Open. Pour atteindre le dernier carré de la dernière levée du Grand Chelem de la saison, comme il l'a déjà fait à Melbourne et à Wimbledon, le Français va devoir franchir l'obstacle Roger Federer, quintuple vainqueur à New York. Déjà le cinquième duel entre les deux hommes cette année, et le Manceau a remporté les deux derniers. En venant à bout de Mardy Fish en cinq sets lundi, Jo-Wilfried Tsonga a réussi à se qualifier pour les quarts de finale d'une troisième levée du Grand Chelem. Après Melbourne (deux fois) et Wimbledon, le Français s'est hissé dans le grand huit de l'US Open. Il pourrait bien devenir à l'avenir le premier Tricolore à le faire dans tous les Majeurs s'il parvient à mieux apprivoiser la terre battue de Roland-Garros. La capacité du Manceau, qui réintègrera le Top ten la semaine prochaine, à briller partout est tout sauf une surprise. Avec un niveau de jeu moyen de plus en plus haut, Tsonga possède à l'instar des tout meilleurs une marge sur de nombreux adversaires. Il a ainsi pu passer les deux premiers tours à New York, face à Lu et Bubka, sans se donner à 100%. Un luxe quand on veut aller loin en Grand Chelem. Contre Verdasco et Fish, "Jo" a ensuite confirmé sa forme du moment. Celle d'un joueur actuellement classé septième sur la saison et déterminé à chatouiller au plus près les quatre fantastiques. Ça tombe bien, son prochain adversaire, Roger Federer, appartient à la classe supérieure. "Je n'ai rien à perdre dans cette histoire, confiait le Manceau après sa qualification pour les quarts, à part aller chercher encore un super résultat et me rapprocher du Masters. Le fait de gagner des matches me donne confiance, ça vient confirmer que je suis bien, que je me sens bien en ce moment et que je fais les bonnes choses." Bien dans sa tête et dans son corps, Tsonga peut aujourd'hui donner la pleine mesure de son potentiel. Et celui-ci est immense quand rien ne le perturbe. "Là il est averti" Federer, le Français va le croiser pour la cinquième fois déjà cette saison. Battu à Doha et à Rome, le Sarthois a ensuite pris deux fois sa revanche, dans le jardin du Suisse à Wimbledon après avoir été mené deux manches à rien et à Montréal le mois dernier. Deux succès qui, évidemment, le boostent à l'heure de l'acte 5. "C'est toujours bon d'avoir deux victoires contre lui. De savoir que je suis capable de le faire et donc arriver sur le match avec plus de certitudes. Parce que quand on joue Roger Federer et qu'on a été battu six fois de suite... (il fait la moue) pas drôle quoi !" Tsonga ne craint plus Federer comme avant. A l'inverse, le Bâlois n'entrera pas sur le court Arthur-Ashe sur les coups de 21h (3h en France) avec énormément de certitudes. Malgré tout cela, le Français refuse, à juste titre, d'endosser le rôle de favori. "Même si je l'ai battu deux fois, je sais que la prochaine va être difficile, peut-être plus que les deux autres à cause de ça, car il sait que je peux le battre et il va faire tout son possible pour gagner cette fois, pense-t-il. C'est sûr que ce sera plus dur. Plus qu'à Montréal car ce sera en cinq sets, et à l'US Open, où comme Wimbledon c'est une des surfaces qu'il préfère, sauf que là il est averti. Donc forcément il va essayer d'élever encore plus son niveau de jeu." Si tel est le cas, et que Tsonga parvient à jouer son tennis du moment, alors l'opposition va valoir le coup d'oeil. Avis à ceux qui hésitent encore à veiller (très) tard.