Tsonga: "Je me suis éclaté"

  • A
  • A
Tsonga: "Je me suis éclaté"
Partagez sur :

C'est donc en demi-finale que le beau parcours de Jo-Wilfried Tsonga à Wimbledon s'est arrêté ce vendredi. Battu par Novak Djokovic (7-6, 6-2, 6-7, 6-3), le Français reconnaissait après-coup être tombé sur plus fort que lui. Tout en faisant un bilan largement positif de sa quinzaine londonienne.

C'est donc en demi-finale que le beau parcours de Jo-Wilfried Tsonga à Wimbledon s'est arrêté ce vendredi. Battu par Novak Djokovic (7-6, 6-2, 6-7, 6-3), le Français reconnaissait après-coup être tombé sur plus fort que lui. Tout en faisant un bilan largement positif de sa quinzaine londonienne. Jo, votre belle épopée prend fin face à Novak Djokovic. Une grosse déception ? Je ne vais pas me mettre la tête sous terre. J'ai perdu, mais je me suis donné à fond. Ce soir, je vais me regarder dans la glace et me dire: "Mec, tu t'es battu, tu as donné ce que tu avais. Il était meilleur que toi, point." Il ne faut pas avoir de honte de dire que l'autre était meilleur. Ça reste du sport. Certains jours, je suis meilleur, d'autres moins bon. Je pense que cela fait aussi partie de mes nouvelles résolutions: à quoi ça sert de se prendre la tête ? C'est fait, je ne peux plus revenir dessus. Donc je vais essayer de profiter de chaque jour qui passe. Aujourd'hui, j'ai perdu. Demain est un jour différent, il se passera d'autres choses... Il a extrêmement bien retourné. Etait-il impressionnant de le voir évoluer ce niveau-là ? Oui, bien sûr. Car c'est vrai que je tapais quand même bien dans la balle, mais ça revenait tout le temps ! Parfois je me disais: "c'est bon, je vais le mettre à 10 mètres". Crois-tu... c'est moi qui me retrouvais à courir. Ça a été un très bon match de sa part, et il a été à sa hauteur de la place de numéro 1 mondial qu'il vient d'acquérir. Comme je le disais, j'ai bien joué, mais mon adversaire était simplement meilleur que moi aujourd'hui. J'ai essayé de saisir ma chance sur chaque point, mais c'était compliqué car il courait partout et la balle revenait systématiquement. Je pense que j'aurais pu battre n'importe qui aujourd'hui... sauf lui. Il jouait incroyable. Etiez-vous dans le même état d'esprit qu'avant votre quart de finale face à Roger Federer ? Oui. Tranquille. Je fais un bon début de match. A 5-4, l'arbitre me dit que je dois mettre moins de temps entre chaque point. Je crois qu'il y en a quelques uns qui prennent du temps aussi et on ne leur dit jamais rien. Derrière, je me presse. Mon jeu, je le joue trop vite, je ne prends pas mon temps. Et je le coule ! Si je gagne le premier set, c'est encore un autre match... "Novak est actuellement le meilleur joueur au monde" Êtes-vous sorti de votre match à ce moment-là, vous êtes-vous déconcentré ? On vous a vu souvent adresser la parole à l'arbitre par la suite... C'est compliqué, parce qu'il me dit que je prends trop de temps, alors qu'après, Novak prend plus de temps que prévu et il ne lui dit rien. Bref, je ne vais pas m'arrêter là-dessus, mais sur le coup, je l'ai juste remercié de m'avoir gâché mon set... Puis je suis passé à autre chose. Comment stopper Djokovic en finale ? En courant plus que lui et plus vite ! (sourire) Mais chaque match est différent. En sport, on ne sait jamais de quoi sera fait demain... Novak s'offre donc aujourd'hui la place de n°1 mondial. Le considérez-vous comme tel ? Depuis le début de l'année, il a tout gagné. Il s'est imposé à Melbourne, a fait demie à Roland, est maintenant en finale à Wimbledon... C'est donc actuellement le meilleur joueur au monde. Il y a eu quelques points très spectaculaires. Lequel vous a procuré le plus de sensations ? Je ne sais pas. Le revers à la fin peut-être ? Personne ne l'a vu, mais ça ne m'arrive pas souvent (sourire), donc je dirais peut-être ça... Mais il y a eu beaucoup de beaux points. Honnêtement, je ne me rappelle pas de tout en détail, il faudra que je regarde le match en dvd et je serai alors en mesure de vous répondre... Vous réalisez souvent de gros matches dans les grandes arènes... Comment l'expliquer ? Quand tu joues là, tu as l'impression que tu es l'un des meilleurs mondiaux, même si tu ne l'es pas (sourire). Donc tu essayes de jouer comme les tous meilleurs ! Voilà pourquoi j'arrive à hausser mon niveau de jeu sur ces courts-là. "Je suis sur le bon chemin" Vous pouviez compter sur le soutien du public. A quel point cela vous a-t-il aidé ? C'est toujours la même chose: si tu donnes, ils te donnent en retour. Je donne tout sur chaque match, je me bats, et ils me soutiennent. Qu'aimez-vous particulièrement avec le gazon ? Le fait de pouvoir plonger ! C'est la seule surface sur laquelle tu peux réellement le faire. Sur les autres, si tu plonges, c'est bien simple: direction l'hôpital direct ! Que retenez-vous de cette quinzaine ? Une super aventure. Je me suis éclaté. Ça a été long, intense. Je retiens de super moments avec mon staff, mon équipe. Dommage que ça s'arrête ici. Maintenant, je vais essayer d'en passer d'autres ailleurs... Votre bon parcours valide vos choix récents ? Oui, je suis sur le bon chemin. Je ne regrette rien. J'ai bien joué ici, bien joué aussi les semaines précédentes. J'ai même bien joué à Roland, je me sentais super bien ! Je ne suis pas loin de battre Stan (Wawrinka) en trois sets et de continuer ma route... Pour la suite, tout ce qui s'est passé jusqu'à présent est positif. Quelle est pour vous la prochaine étape ? Vous voyez-vous rejoindre le top 5 ou 4 mondial ? Je l'espère, bien entendu. C'est l'un de mes objectifs. J'ai déjà été sixième mondial. Donc, bien sûr que je peux atteindre le Top 5. Mais pour le moment, je suis 19e et je dois beaucoup progresser pour y parvenir. Je vais continuer comme ça, continuer à jouer mon meilleur tennis. Allez-vous vous rendre en Coupe Davis le coeur léger ? Oui. Je vais rejoindre les gars le plus vite possible, après avoir pris tout de même un ou deux jours de repos, parce qu'il ne faut pas faire n'importe quoi. Il ne faut surtout pas que je me blesse, ce ne serait bon pour personne: ni pour moi, ni pour l'équipe de France.