Tsonga gâche trop

  • A
  • A
Tsonga gâche trop
Partagez sur :

Que de regrets pour Jo-Wilfried Tsonga. Opposé à Ivan Ljubicic mardi sur la terre battue de Monte-Carlo, le Manceau a laissé passer trop d'occasions, comme lorsqu'il a servi pour le gain de la première manche à 5-4. Assez irrégulier, le n°2 français a fini par se casser les dents sur l'expérimenté croate qui se hisse donc en huitièmes de finale du Masters 1000. Monfils, Simon et Gasquet seront en lice mercredi sur le Rocher.

Que de regrets pour Jo-Wilfried Tsonga. Opposé à Ivan Ljubicic mardi sur la terre battue de Monte-Carlo, le Manceau a laissé passer trop d'occasions, comme lorsqu'il a servi pour le gain de la première manche à 5-4. Assez irrégulier, le n°2 français a fini par se casser les dents sur l'expérimenté croate qui se hisse donc en huitièmes de finale du Masters 1000. Monfils, Simon et Gasquet seront en lice mercredi sur le Rocher. Mener n'est pas gagner. Tel pourrait être le constat à tirer du match de Jo-Wilfried Tsonga mardi à Monte-Carlo. Au lendemain de son joli succès sur Juan Monaco, obtenu après deux heures et demie d'efforts, le Français a calé devant Ivan Ljubicic, l'ancien n°3 mondial aujourd'hui calé dans le «ventre mou» du classement ATP (41e). Mais le «divin chauve», maître ès surfaces rapides, a encore de beaux restes. Tsonga en a fait l'amère expérience lors de ce match du deuxième tour. Battu en deux sets (7-6 [2], 6-4), "Jo" avait pourtant les armes pour franchir l'obstacle et s'offrir une journée de repos demain avant les huitièmes de finale. Offensif sur l'ocre monégasque, le Manceau a entamé la partie sur la dynamique de la veille, multipliant les grosses frappes pour déborder un Ljubicic moins à l'aise quand on lui rentre dedans. Grâce à un break réussit très vite, Tsonga s'est détaché jusqu'à mener 5-3, puis a servi pour le gain de la première manche à 5-4 avant de s'emmêler les pinceaux. Trop pressé de conclure, le n°2 français s'est un petit peu trop précipité et l'a payé cash. Des passages à vide payés cash Balbutiant son tennis au moment décisif, Tsonga a perdu le fil avant de baisser pavillon au jeu décisif (6-7 [2]). Pas abattu néanmoins - il avait aussi abandonné le premier set contre Monaco -, le Sarthois est reparti au combat. Dans un scénario quasi similaire à la première manche, le Français a une nouvelle fois pris les devants (3-1) mais n'a pas réussi à confirmer. Un nouveau passage à vide qui lui a coûté les quatre jeux suivants puis le match conclu sur le cinquième ace du Croate (4-6). Ljubicic, qui évolue à la maison à Monte-Carlo puisqu'il y réside, donnait avant de sortir du court la recette de son succès. "Il faut toujours rester calme sur terre battue face à un joueur agressif comme "Jo". Il peut commettre des fautes et c'est ce qui est arrivé." Bien que déterminé à devenir un joueur plus offensif, comme il l'était chez les jeunes, Tsonga ne doit pas oublier que la patience demeure une arme en tennis, surtout sur terre battue. Les semaines à venir diront s'il a retenu la leçon donnée par le sage Ljubicic.