Tsonga et Simon passent, pas Monfils

  • A
  • A
Tsonga et Simon passent, pas Monfils
Partagez sur :

Malgré un début de match difficile, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas manqué son entrée en lice à Montréal. Le Manceau s'est en effet imposé en trois manches face à Rainer Schuettler (4-6, 6-3, 6-4) et se qualifie ainsi pour les huitièmes de finale de l'épreuve où il retrouvera Gilles Simon, vainqueur du Colombien Alejandro Falla en trois sets (4-6, 6-2, 6-2). De son côté, Gaël Monfils s'est incliné face à Juan Carlos Ferrero (6-3, 7-6).

Malgré un début de match difficile, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas manqué son entrée en lice à Montréal. Le Manceau s'est en effet imposé en trois manches face à Rainer Schuettler (4-6, 6-3, 6-4) et se qualifie ainsi pour les huitièmes de finale de l'épreuve où il retrouvera Gilles Simon, vainqueur du Colombien Alejandro Falla en trois sets (4-6, 6-2, 6-2). De son côté, Gaël Monfils s'est incliné face à Juan Carlos Ferrero (6-3, 7-6).Jo-Wilfried Tsonga n'avait jamais affronté Rainer Schuettler avant son entrée en lice dans le Masters 1000 de Montréal. Le Manceau s'en souviendra. Le vétéran de 33 ans a longtemps tenu en respect le n°1 français, dont la frustration et l'énervement ont jalonné un match en deux temps. Pendant près d'un set et demi, "Jo" a combattu plusieurs adversaires: Schuettler et ses démons. Son attitude négative face à la résistance de l'Allemand l'a beaucoup desservi avant un réveil tonitruant et une victoire finale en trois manches (4-6, 6-3, 6-4). Le voilà en huitièmes de finale du tournoi québécois où il retrouvera une vieille connaissance, son ami et compatriote Gilles Simon, qui a eu besoin de trois sets pour venir à bout du Colombien Alejandro Falla (4-6, 6-2, 6-2). Schuettler, vainqueur avec autorité de Florent Serra au premier tour (6-4, 6-0), donnait déjà quelques signes d'inquiétudes à Tsonga dès l'entame de match en ravissant le service du Manceau. Un break suffisant, sur sa seule occasion sur la mise en jeu du Français, pour remporter la première manche (6-4). De son côté, le protégé d'Eric Winogradsky cédait rapidement à la colère, impuissant dans l'échange malgré une nette domination des débats, au point de jeter plusieurs fois sa raquette de rage après trois balles débreak manquées à 4-5. Son attitude négative, la tête baissée, le poursuivait jusqu'à 2-2 dans le deuxième set, tournant du match. Devant faire face à trois balles de break, "Jo" les écartait toutes.Trois balles de set pour Monfils Transfiguré par ce retournement de situation, Tsonga partait alors à l'abordage et prenait le service de l'Allemand dans la foulée puis égalisait logiquement à une manche partout (6-3). Tous deux finalistes de l'Open d'Australie (en 2008 pour Tsonga et en 2003 pour Schuettler), les deux hommes entamaient dans le set décisif un bras de fer dans lequel le Tricolore serrait le poing pour ne plus lâcher son étreinte. Malgré six balles de break ratées à 2-2 et un nouveau jet de raquette, le n°7 mondial parvenait à se détacher dans le fameux septième jeu (4-3) et à conclure le match sur son service (6-4). Pour son deuxième match sur dur dans cette tournée américaine après sa défaite contre Isner à Washington, Tsonga est déjà entré dans le vif du sujet.Après avoir battu un ancien n°1 mondial, Marat Safin, au premier tour, Gaël Monfils s'attaquait à un autre ancien patron du circuit, Juan Carlos Ferrero. Et c'est l'Espagnol qui a eu le dernier mot malgré une belle résistance du Français dans la deuxième manche (6-3, 7-6). Absent des terrains depuis début juin, "La Monf" n'a pas inversé la tendance, ratant trois balles de set dont une dans le jeu décisif. Mais il a encore gratifié le public québécois de coups dont lui seul a le secret, à l'image d'un point interminable de 50 échanges bouclé par une accélération de coup droit long de ligne. Insuffisant pour faire plier un Ferrero revenu à son meilleur niveau qui devra toutefois sortir le grand jeu face à l'Ecossais Andy Murray en huitièmes.