Tsonga: "Encore des choses à faire"

  • A
  • A
Tsonga: "Encore des choses à faire"
Partagez sur :

Heureux d'être qualifié pour le Masters, Jo-Wilfried Tsonga préfère toutefois rester concentré sur le tournoi de Paris-Bercy. Tombeur de Seppi (6-3, 6-4) ce jeudi, le Manceau livrera demain soir un gros match face à Novak Djokovic pour une place dans le dernier carré. Le Serbe que "Jo" craint mais qu'il a du mal à mettre au niveau de Federer et Nadal.

Heureux d'être qualifié pour le Masters, Jo-Wilfried Tsonga préfère toutefois rester concentré sur le tournoi de Paris-Bercy. Tombeur de Seppi (6-3, 6-4) ce jeudi, le Manceau livrera demain soir un gros match face à Novak Djokovic pour une place dans le dernier carré. Le Serbe que "Jo" craint mais qu'il a du mal à mettre au niveau de Federer et Nadal. Vous confiez hier (mercredi) que la qualification pour le Masters n'était pas un objectif, vous dites toujours la même chose maintenant que vous êtes qualifié ? Oui. J'ai d'autres objectifs sur ce tournoi. J'ai envie de bien faire parce que c'est en France et aussi parce que je pourrais me retrouver à une meilleure place au classement si je fais un bon résultat. Je suis très content d'être au Masters mais c'est dans deux semaines, il me reste encore des choses à faire avant. Saviez-vous avant d'entrer sur le court que vous étiez qualifié, et si oui cela vous a-t-il aidé ? Oui je le savais. Forcément ça fait plaisir et ça permet d'être un peu plus détendu en entrant sur le court. A partir de quel moment de l'année vous avez commencé à y croire ? Quand j'ai bien joué à Wimbledon. Ça m'a permis de revenir à une place correcte au classement mondial. Et même si ça n'a rien à voir (avec la Race), le fait de ne pas avoir beaucoup joué l'été dernier m'a permis d'avoir des objectifs précis sur cette période parce que je voulais engranger des points pour le classement technique. "Moi je fais mon truc" Vous êtes le premier joueur français depuis la période Noah-Leconte à vous qualifier plus d'une fois pour le Masters. Est-ce que cela compte ? C'est bien, mais ce n'est pas un objectif pour moi. Avez-vous l'impression d'être aujourd'hui le vrai leader du tennis français ? Que répondre à cela. Je ne sais pas. Chacun juge ça de la façon qu'il veut. Moi je fais mon truc. Si je le suis pour certains mais pas pour d'autres ça ne me fait pas grand-chose. Pour en revenir à ce tournoi, avez-vous apprivoisé ces balles que vous trouvez lourdes ? Non, je fais abstraction. Il y a encore beaucoup de choses que je fais très mal. Notamment en coup droit sur des balles à mi-court que je mets dans le filet. Sur d'autres tournois je ne fais jamais ça, je fais des fautes en longueur ou sur les côtés mais pas comme ça dans le filet. Vous allez retrouver Novak Djokovic en quarts de finale. Ressentez-vous un sentiment d'infériorité quand vous le jouez ? Non. Quoiqu'il arrive je n'ai rien à perdre contre lui. C'est plus ce sentiment là que j'ai. Je vais sans doute jouer mon meilleur tennis. Quand je le joue je suis toujours persuadé que je vais faire un bon match. "Djokovic a un peu moins d'aura que Federer et Nadal" Est-ce quand même spécial ? Pas encore autant que face à Roger (Federer) ou Rafa (Nadal). Pour moi il a un peu moins d'aura que ces deux là. Je n'ai pas dit qu'il était moins bon hein (rires). Mais c'est par rapport à ses victoires en Grand Chelem. Il a fait une très grosse saison mais les deux autres sont là depuis plusieurs années de suite. Il est encore loin au niveau de leur palmarès. Le fait de gagner un match contre Djokovic c'est pour moi moins fort que quand je bats Roger. Novak disait lors de sa conférence de presse qu'il redoutait votre puissance physique. Allez-vous insister sur ce combat-là ? Ça va être compliqué étant donné qu'avec ces balles mes coups ne sont pas assez percutants. Les joueurs sont toujours sur la balle ici, même quand je frappe fort en coup droit. Je sais qu'il a des jambes de feu mais je vais quand même essayer de jouer en étant agressif, en jouant ma carte à fond. Est-il possible de vous voir davantage à la volée ? Non. Je vais faire ni plus ni moins ce que j'ai l'habitude de faire.