Tsonga écarte Gasquet

  • A
  • A
Tsonga écarte Gasquet
Partagez sur :

TENNISJo-Wilfried Tsonga est sorti vainqueur du duel franco-français face à Richard Gasquet au deuxième tour du tournoi de Tokyo.

Jo-Wilfried Tsonga s'est imposé lors de l'affrontement 100% français qui l'a opposé à Richard Gasquet (4-6 6-2 6-2) au deuxième tour du tournoi de Tokyo, jeudi. Le n°1 français rejoint Edouard Roger-Vasselin et Gaël Monfils en quarts.Les deux dernières fois que les deux hommes s'étaient mesurés l'un à l'autre, cette année, sur le revêtement dur de Brisbane et la terre de Rome, Richard Gasquet avait pris le meilleur sur son compatriote Jo-Wilfried Tsonga. Seulement entre ce modeste triomphe romain et le deuxième tour que les deux joueurs disputaient jeudi à Tokyo, le Biterrois, suspendu, s'est tenu éloigné des courts trois mois durant.Pourtant en terme de niveau de jeu, l'écart n'est pas apparu criant entre Gasquet et Tsonga à cette occasion. Les deux copains de sélection se sont livré un duel équilibré pour gagner leur place en quart de finale. Un duel qui a logiquement fini par tourner à l'avantage du n°1 français et actuel n°7 mondial, en dépit d'un premier set remporté par son opposant, lui-même ancien n°7 à l'ATP aujourd'hui tombé au 53e rang de la hiérarchie.Tsonga gère parfaitement la fin de matchAuteur du break à 4-5 en sa faveur pour s'adjuger cette première manche (4-6), Richard Gasquet ne s'est plus révélé capable ensuite de prendre la mise en jeu de son vis-à-vis. En la matière, le tournant du match se sera joué dans le deuxième set, tandis qu'il menait 1-2. Alors crédité de deux balles de break, le protégé d'Eric Deblicker laissera finalement Jo-Wilfried Tsonga revenir à sa hauteur pour enlever le deuxième acte et breaker d'entrée de troisième son homologue mousquetaire (6-2, 2-0). Une dernière possibilité de rester dans le match avortée, sur le service du Sarthois, à 2-1 en faveur du futur vainqueur, et c'en était dès lors terminé des chances de Richard Gasquet de briller à Tokyo. Jo-Wilfried Tsonga gérait parfaitement les ultimes échanges et pouvait ainsi attendre le Letton Ernests Gulbis, tombeur de Juan Monaco dans la foulée (6-3, 4-1), en quart de finale.