Tsonga avance, Llodra chute

  • A
  • A
Tsonga avance, Llodra chute
Partagez sur :

Des quatre Français engagés ce jeudi, deux ont passé le deuxième tour: Jo-Wilfried Tsonga, tombeur d'Andreas Seppi (6-3, 7-6, 7-6), et Alizé Cornet, qui affrontera Kim Clijsters au troisième tour. C'est fini en revanche pour la jeune Caroline Garcia et pour Michaël Llodra, qui n'a pas trouvé la solution contre le Canadien Milos Raonic (7-6, 6-3, 7-6). Si Rafael Nadal s'est encore baladé, Jelena Jankovic est tombée.

Des quatre Français engagés ce jeudi, deux ont passé le deuxième tour: Jo-Wilfried Tsonga, tombeur d'Andreas Seppi (6-3, 7-6, 7-6), et Alizé Cornet, qui affrontera Kim Clijsters au troisième tour. C'est fini en revanche pour la jeune Caroline Garcia et pour Michaël Llodra, qui n'a pas trouvé la solution contre le Canadien Milos Raonic (7-6, 6-3, 7-6). Si Rafael Nadal s'est encore baladé, Jelena Jankovic est tombée. LES BLEUS DE MELBOURNE Le blocage de Llodra Deux sur quatre. La moyenne pour les Bleus jeudi. Pas plus. En tête de classe: Jo-Wilfried Tsonga et Alizé Cornet. Après s'être fait tiré les oreilles mardi pour son entrée en lice par l'Allemand Phillip Petzschner, avant d'être reçu au rattrapage (4-6, 2-6, 6-2, 6-3, 6-4), le demi-finaliste 2010 s'est qualifié jeudi pour le troisième tour en seulement trois sets. Mais le n°2 français n'a pas déroulé pour autant, contraint de serrer le jeu pour écarter l'Italien Andreas Seppi (6-3, 7-6, 7-6) et gagner le droit de retrouver l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov au prochain tour, une rencontre à sa portée. Le test sera autrement plus relevé pour Cornet. Après les éliminations prématurées d'Aravane Rezaï et Marion Bartoli, la Niçoise a repris le flambeau tricolore chez les dames pour se hisser au troisième tour aux dépens de l'Espagnole Maria Jose Martinez Sanchez (7-5, 6-1). Les portes des huitièmes de finale passeront pas un exploit puisque la Française, retombée au 86e rang mondial, s'attaquera samedi, jour de son 21e anniversaire, à la Belge Kim Clijsters, tête de série n°3, qui a infligé un sévère 6-0, 6-0 à Dinara Safina au premier tour. Les deux mauvais élèves du jour sont Caroline Garcia et Michaël Llodra. La première quitte cependant le tableau principal, avant de s'attaquer au titre junior, avec les honneurs. Pour sa première participation à un tournoi du Grand Chelem, la jeune Française a passé un tour avant de tomber face à la Japonaise Ayumi Morita (6-4, 6-4). "J'ai essayé, mais ce n'était pas aussi bon qu'au premier tour. J'ai tenté de rentrer dans le terrain, ce qui est mon jeu, mais il m'a quand même manqué de l'agressivité. Et j'ai raté des trucs faciles. Mon adversaire n'avait pas le même jeu non plus. Elle frappait plus fort. Et j'ai joué trop tendu, comme elle aime. Je me suis fait avoir. J'étais aussi plus tendue que mardi", regrettait la Lyonnaise qui gardera un bon souvenir de sa première australienne. Llodra lui compile les mauvaises expériences à Melbourne. En 10 tentatives depuis 2000, le Parisien n'est jamais allé plus loin que le deuxième tour. Auteur d'une entrée dans le tournoi pourtant convaincante face à l'Argentin Juan Ignacio Chela, le héros malheureux de la Coupe Davis n'a pas trouvé la solution contre le grand serveur canadien Milos Raonic, issu des qualifications (7-6, 6-3, 7-6). "Je suis tombé contre un joueur plus fort que moi. Il a été impressionnant au service, dans ses enchaînements au filet également. Il ne m'a pratiquement pas donné une seule occasion sur son service, a réagi le Français, déjà battu par le 152e mondial au Canada en 2009. Je regrette d'avoir trop voulu le faire jouer quand je retournais. J'aurais peut-être dû être plus agressif sur ses deuxièmes balles." Place au double pour chasser les doutes... LA PHRASE Signée Rafael Nadal "C'est toujours plus facile quand on est adolescent." Non, Rafael Nadal ne regrette pas sa jeunesse passée. Incroyablement serein aujourd'hui du haut de ses 24 ans, après avoir tout remporté ou presque sur le circuit, du moins plus qu'il ne l'espérait, l'Espagnol, qui dit avoir moins de pression aujourd'hui qu'en 2006 ou 2007, un temps où il devait encore prouver, se met à la place de son futur adversaire au troisième tour, le jeune Australien Bernard Tomic, 18 ans, qui tentera de faire mieux que l'Américain Ryan Sweeting, balayé en trois sets (6-2, 6-1, 6-1) et une heure et 40 minutes. "Quand vous avez 17 ou 18 ans, tout est plus facile. Vous jouez sans pression. Vous pouvez gagner ou perdre, peu importe. Ça vous permet de jouer de manière plus agressive, plus instinctive, sans réfléchir. A mon niveau, on réfléchit plus à chaque coup." LA CONTRE-PERF DU JOUR Nalbandian sans force Tout ça pour ça... Voilà ce que doit penser le public australien. S'il a tout fait pour se montrer digne de sa performance au premier tour, David Nalbandian n'a pas pu aller au bout de son deuxième tour. Tombeur magnifique de l'icône locale, l'Australien Lleyton Hewitt, mardi au terme d'un combat en cinq manches (3-6, 6-4, 3-6, 7-6, 9-7), l'Argentin, pris de vertige, a jeté l'éponge dans le troisième set alors qu'il n'avait été capable jusqu'alors de ne marquer qu'un jeu (6-1, 6-0, 2-0). Le Lituanien Richard Berankis en profite pour se hisser, pour la première fois de sa carrière, au troisième tour d'un Majeur où il sera opposé à l'Espagnol David Ferrer. Pendant ce temps-là, Hewitt rumine encore sa défaite après avoir obtenu deux balles de match dans le cinquième set. LE BIG MATCH Del Potro trop juste Toutes les têtes de séries le craignaient. Marcos Baghdatis en a hérité au deuxième tour. Mais l'épouvantail du tournoi, le faux 236e joueur du classement ATP, la faute à une année 2010 quasi-blanche, n'a pas pesé bien lourd jeudi face au Chypriote. Encore trop juste, l'Argentin, qui s'est fait massé son poignet droit dans le deuxième set, celui-là même qui l'a écarté des courts la saison dernière, n'a pas tenu la distance face au finaliste de l'édition 2006, revenu au 22e rang mondial après une longue traversée du désert. Malgré une réaction dans la troisième manche, le vainqueur de l'US Open 2009 a rendu les armes en quatre sets (6-1, 6-3, 4-6, 6-3). Le plus dur commence pour l'ancien n°4 mondial.