Tsonga assume son rang

  • A
  • A
Tsonga assume son rang
Partagez sur :

Tête de série n°1 de l'Open de Moselle cette semaine, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas manqué d'atteindre la finale du tournoi mosellan, samedi, en écartant l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov (6-4, 6-4). Malmené la veille par Nicolas Mahut, le Manceau a fait preuve d'autorité cette fois pour dominer un adversaire qui l'avait surpris deux fois cette année. Le Croate Ivan Ljubicic se dresse désormais sur son passage.

Tête de série n°1 de l'Open de Moselle cette semaine, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas manqué d'atteindre la finale du tournoi mosellan, samedi, en écartant l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov (6-4, 6-4). Malmené la veille par Nicolas Mahut, le Manceau a fait preuve d'autorité cette fois pour dominer un adversaire qui l'avait surpris deux fois cette année. Le Croate Ivan Ljubicic se dresse désormais sur son passage. "J'ai une revanche à prendre", avait soufflé Jo-Wilfried Tsonga vendredi soir, après sa qualification au forceps pour les demi-finales du tournoi de Metz aux dépens de Nicolas Mahut. Alexandr Dolgopolov ne l'avait pas encore rejoint dans le dernier carré mais déjà le Manceau songeait à ses retrouvailles avec l'Ukrainien. Un adversaire imprévisible qui cette année l'avait battu à deux reprises, à Miami en trois sets mais aussi et surtout à Melbourne en cinq manches. Quelques mois plus tôt à Wimbledon, c'est également au bout du suspense que s'était jouée leur toute première confrontation, cette fois en faveur du Français. Aussi les débats s'annonçaient-ils disputés ce samedi sur le court mosellan. Dolgopolov avait pourtant tôt fait de prendre l'ascendant, profitant d'un second jeu de service timide de la part de la tête de série n°1 de la semaine. A 1-1, le Slave réalisait le break et confirmait sans mal sur sa mise en jeu (1-3). Mais sur son service suivant, à 30-0 en sa faveur, l'intéressé perdait subitement le fil et enchainait trois fautes pour offrir une balle de débreak à Tsonga, lequel saisissait l'occasion d'un passing de revers foudroyant (3-3). A 4-4, le Sarthois accélérait le tempo et signait un jeu blanc qui laissait son adversaire sonné. Dans la foulée ce dernier cédait la manche sur un amorti bien mal inspiré, sa 11e faute directe du set (6-4). Avec deux jeux blancs assurés sur ses deux services suivants, Tsonga s'attelait à ne pas relâcher la pression. Cramponné à sa mise en jeu, Dolgopolov soutenait toutefois la comparaison, jusqu'à 5-4 pour le Français. Trop souvent trahi par son revers, l'Ukrainien lâchait prise dans ce dixième jeu du second set. Fort d'un 3 sur 3 en conversion de balles de break, le 10e joueur mondial ne se faisait pas prier pour tuer le match (6-4), et ainsi prendre sa revanche, après 1h16 de jeu et 23 coups gagnants claqués avec aplomb. Tsonga: "Je suis un peu lourd..." "Je suis très heureux car je n'ai pas molli dans ce match, confiait un Jo-Wilfried Tsonga rayonnant au micro de Sport+ à l'issue de la partie. Au début du premier set, j'ai concédé un break bête mais je ne me suis pas énervé et j'ai su inverser la tendance pour faire un super match ensuite. Dolgopolov est un joueur explosif, qui joue à contre-temps un peu comme un Federer, et il me gêne beaucoup. Moi, je suis un peu lourd et j'ai parfois du mal à démarrer. Là j'avais vraiment à coeur de prendre ma revanche et c'est fait, c'est bien, ça me permet de rattraper les points que j'ai perdus contre lui..." Toujours en lice pour le Masters ultime, le Manceau peut réaliser une bonne opération dimanche s'il parvient à succéder à Gaël Monfils et Gilles Simon au palmarès du tournoi messin. "Ce serait bien d'aller chercher un titre maintenant, souffle celui qui a perdu deux finales déjà cette saison, à Rotterdam en février et au Queen's en juin dernier. Ljubicic est un joueur qui me pose toujours des problèmes, il cogne fort, mais je vais me donner à fond." Le sixième titre de Jo-Wilfried Tsonga sur le circuit ATP - le premier depuis Tokyo en octobre 2009 - passe désormais par le Croate, lequel s'est offert sa première finale de l'année aux dépens du Luxembourgeois Gilles Muller (7-6, 7-6).