Tsonga a lâché prise

  • A
  • A
Tsonga a lâché prise
@ Reuters
Partagez sur :

WIMBLEDON - Le Français est sorti par Andy Murray en quarts de finale.

WIMBLEDON - Le Français est sorti par Andy Murray en quarts de finale. Le sport de haut niveau se joue souvent sur les détails. Ce point qui fait basculer la partie, cette ligne qui s'échappe au dernier moment, ou ce filet qui décide de garder la balle avec lui. C'est sur ce genre de broutille que la rencontre entre Jo-Wilfried Tsonga et Andy Murray a basculé. Nous sommes dans le deuxième set, et le Français a deux possibilités de s'offrir une balle de set, et donc de mener deux manches à rien. Sur le deuxième, Andy Murray est acculé et parvient tant bien que mal à repousser la gifle du Manceau. Ce dernier lance alors son assaut du filet, et décide de ne pas jouer la balle, la jugeant faute. Terrible erreur de jugement puisque le coup droit de l'Ecossais finit sa course sur la ligne, et donc dans les limites du terrain. Le Britannique enchaîne alors trois points de suite et empoche le deuxième set. Les mouches ont changé d'âne et Jo-Wilfried Tsonga ne parviendra plus à inverser la tendance, laissant Andy Murray poursuivre son rêve de succéder à Fred Perry, dernier vainqueur anglais sur le gazon londonien. Tsonga n'y était plus Pourtant, le Tricolore a semblé pouvoir aller chercher sa première demi-finale à Wimbledon, pour ce qui constituait seulement sa troisième apparition sur le All England Lawn Tennis Club. Bien en place dans les deux premiers sets, "Jo" alterne parfaitement grands coups droits du fond du court, et montées au filet assassines. En face, Murray, un poil attentiste, ne lâche que dans le premier tie-break, avant d'inverser la tendance dans le deuxième, avec le scénario que l'on connaît. Pour le reste de la rencontre, le numéro 4 mondial déroule sa partition sans frémir, son adversaire n'y étant plus physiquement ni mentalement, avec des montées au filet sans tranchant, des fautes de fond de court inhabituelles, et le regard la plupart du temps rivé sur ses chaussettes. L'Ecossais boucle alors les deux manches suivantes à la vitesse de l'éclair, et arrivera donc lancé pour affronter Rafael Nadal. Il aura alors tout un peuple derrière lui pour s'offrir une finale, lui qui avait buté sur un autre Andy, Roddick, l'an passé.