Troyes compte sur ses jeunes

  • A
  • A
Troyes compte sur ses jeunes
Partagez sur :

Notre Tour de France des clubs de Ligue 2 se poursuit ce vendredi, avec l'Espérance Sportive Troyes Aube Champagne. Promu l'année passée, après une saison en National, Troyes a terriblement souffert pour arracher son maintien lors de l'avant-dernière journée. En 2011-2012, Jean-Marc Furlan et ses jeunes pousses espèrent s'éviter ce genre de frayeurs.

Notre Tour de France des clubs de Ligue 2 se poursuit ce vendredi, avec l'Espérance Sportive Troyes Aube Champagne. Promu l'année passée, après une saison en National, Troyes a terriblement souffert pour arracher son maintien lors de l'avant-dernière journée. En 2011-2012, Jean-Marc Furlan et ses jeunes pousses espèrent s'éviter ce genre de frayeurs. La saison dernière L'ESTAC obtient son maintien le vendredi 20 mai 2011, lors de la 37e journée de Ligue 2, à la faveur d'une victoire acquise au forceps face à Laval, 3-2 au Stade de l'Aube. Après être immédiatement remonté en deuxième division, un an après avoir connu la douleur d'une relégation en National (2008-2009), Troyes, et son tout nouvel entraîneur Jean-Marc Furlan nourrissent en début de saison une seule ambition: se maintenir. Pourtant, après neuf journées, le club aubois caracole en tête du classement et se prend à rêver d'un enchaînement National-Ligue 2-Ligue 1 en l'espace de deux saisons. La suite des événements s'avère bien plus délicate pour les Champenois, peu à l'aise au Stade de l'Aube (19e équipe à domicile, avec 8 défaites et 4 nuls pour 7 succès) et friables en défense (différence de but de -10). 16e après 38 journées, avec 46 points au compteur (à 3 points seulement du 9e, Le Havre), Troyes, le maintien dans sa besace, peut alors souffler et envisager la saison à venir avec davantage de sérénité. Eliminé en 32 de finale de la Coupe de France par le FC Metz (2-3 a.p.), l'ESTAC ne connaît pas plus de succès en Coupe de la Ligue, défait dès le premier tour par le Stade de Reims (1-1 a.p., 5-6 aux t.a.b.). Le recrutement Deux recrues sont venues grossir les rangs de l'ESTAC depuis le début de l'intersaison. Xavier Thiago aura pour mission de faire oublier au sein de l'entrejeu Diallo Guidileye, parti s'affirmer au Stade Brestois. Le Brésilien connaît bien la Ligue 2, puisqu'il évoluait jusque-là à la Berrichonne de Châteauroux. Thomas Joubert a également fait ses débuts à Troyes, en tant que nouveau préparateur physique. Sans club l'année passée, le trentenaire n'a pas ménagé ses nouvelles troupes lors du stage de préparation à Morzine, soulageant Jean-Marc Furlan dans sa mission d'entraîneur-manager. Un défenseur d'expérience est attendu, pour pallier les départs de Vincent Carlier (Nîmes) et Gaël Sanz (retraite). L'entraîneur Jean-Marc Furlan espère aussi attirer dans ses filets un attaquant, inquiet devant le mutisme offensif de son équipe lors des matches de préparation (défaite 0-2 contre Guingamp et 0-1 contre le Red Star). Un autre taulier a quitté la Champagne, Eric Marester, en froid avec le public local. Akouzar, Beauvue, Brocard et Sissoko (transféré à l'Udinese pour 1,4 million d'euros) ont également plié bagages. En conséquence, l'effectif troyen s'est considérablement rajeuni, 14 joueurs du groupe professionnel ayant moins de 21 ans, faute de moyens financiers suffisants. Le joueur à suivre Principale recrue de l'intersaison pour l'heure, Xavier Thiago aura la lourde tâche de succéder à Diallo Guidileye et Abdou Sissoko, partis respectivement à Brest et l'Udinese. Le milieu défensif brésilien ne manque cependant pas d'arguments, en témoignent ses quatre saisons et demie passées en terre castelroussine. Âgé de 27 ans, Thiago a disputé 31 matches de Ligue 2 la saison passée, pour un but et deux passes décisives. Mais ce sont surtout son attitude de guerrier et sa rigueur défensive qui ont plu aux dirigeants troyens. Pour eux, le natif de Rio de Janeiro fait partie des trois meilleurs récupérateurs de Ligue 2. A suivre, donc. L'entraîneur Entre Jean-Marc Furlan et Troyes, tout a débuté en 2004 lorsque le club champenois l'attire dans ses filets au poste d'entraîneur. Si ses débuts sur le banc troyen sont extrêmement prometteurs (montée en Ligue 1 en juin 2005), la suite s'avère plus délicate. 17e de Ligue 1 en 2005-2006, l'ESTAC redescend dans l'antichambre de l'élite la saison suivante. Jean-Marc Furlan ne résiste pas à cette relégation. Après deux nouveaux échecs à Strasbourg (relégation en Ligue 2 en juin 2008) puis Nantes (trois mois seulement d'activité), le natif de Gironde retrouve le Stade de l'Aube suite à la remontée en Ligue 2 de l'ESTAC, en juin 2010. Après une 16e place la saison passée, Furlan s'attend à une nouvelle saison délicate, inquiet après les deux défaites concédées lors de la préparation, à quelques jours du premier tour de la Coupe de la Ligue contre Vannes. L'objectif Conscient de l'inexpérience de son effectif, Jean-Marc Furlan se fixe pour unique objectif le maintien. L'entraîneur aubois espère pouvoir s'appuyer sur les tauliers de son équipe que sont Drouin, Grax ou encore Bettiol, pour parvenir à ses fins. Pour ne pas se faire aussi peur que la saison passée, l'ESTAC devra néanmoins se montrer plus autoritaire et réaliste à domicile. Furlan et ses hommes ne visent d'ailleurs pas moins qu'une invincibilité à domicile tout au long de la saison 2011-2012. L'avis de la rédaction Un effectif très jeune, peu fourni, des départs de cadres et de joueurs prometteurs en cascade: tout laisse à penser que la saison à venir s'annonce délicate pour Troyes. Et ce ne sont pas les deux revers subis lors de la préparation (face à Guingamp puis le Red Star) qui viendront contredire cette analyse. Néanmoins, l'objectif du maintien en deuxième division paraît dans les cordes d'un effectif troyen qui compte toujours dans ses rangs des joueurs de qualité: Drouin, Obbadi, Grax, Psaume ou encore Marcos. Le début de saison, lors duquel Troyes affrontera Monaco et Lens lors des trois premières journées, apportera une première indication sur les possibilités de la formation dirigée par Jean-Marc Furlan.