Trous d'air à Bordeaux

  • A
  • A
Trous d'air à Bordeaux
Partagez sur :

Privés d'Alou Diarra, suspendu au moins pour les trois prochains matches de son équipe, les Girondins sont retombés dans leurs travers samedi à Chaban-Delmas, battus par le promu brestois lors de la 10e journée (0-2). Après quatre matches sans but, la défense bordelaise, qui enregistrait le retour de Marc Planus, a cédé. Un chantier à recomposer pour Jean Tiagna...

Privés d'Alou Diarra, suspendu au moins pour les trois prochains matches de son équipe, les Girondins sont retombés dans leurs travers samedi à Chaban-Delmas, battus par le promu brestois lors de la 10e journée (0-2). Après quatre matches sans but, la défense bordelaise, qui enregistrait le retour de Marc Planus, a cédé. Un chantier à recomposer pour Jean Tiagna... "On ne parle pas des absents." Contraint de composer sans son capitaine, Alou Diarra, coupable d'avoir bousculé un arbitre et suspendu à titre conservatoire jusqu'au 10 novembre prochain, date de son audition devant la Commission de discipline de la LFP, Jean Tigana n'avait pas le coeur à évoquer ce coup dur samedi. Pour le malheur de son entraîneur, le grand revenant bordelais, Marc Planus pour le citer, n'a pas fait oublier la sentinelle girondine contre le Stade Brestois. De retour en défense centrale, l'invité surprise du groupe France en Afrique du Sud, où il s'est blessé sans jouer, n'aura pas été plus loin que la mi-temps, remplacé à la pause par Mathieu Chalmé. "J'ai sorti Planus à cause de son carton jaune", s'est justifié Tigana sur le site officiel du club, rappelant avoir déjà agi de la sorte avec Savic contre l'OM. "Systématiquement, ils allaient jouer sur lui. Il allait devenir une cible et nos adversaires allaient jouer sur lui pour le faire expulser." L'intéressé, complètement dépassé en première période, notamment par les appels dans son dos de Nolan Roux et la vitesse de Benoît Lesoimier, ne se cherchait pas d'excuses : "Je n'étais pas à 100% ce soir mais j'ai dit au coach que j'étais prêt ! Je n'ai juste pas été bon, tout simplement." Ciani suspendu contre Valenciennes Un constat qui vaut pour la défense bordelaise dans son ensemble, à l'exception de Cédric Carrasso, irréprochable comme depuis le début de la saison. "Ma performance individuelle ne compte pas dans ce match car cela n'a servi à rien...", relativisait le gardien bordelais. "Si nous voulons jouer le haut du tableau nous nous devons d'être meilleurs. Nous devons être plus solide défensivement", tranchait Planus. "Nous avons très mal engagé le match. Nous avions travaillé les coups de pied arrêtés adverses cette semaine et nous prenons ce but très tôt. Notre première période était plutôt catastrophique. Nous nous en sortons même plutôt bien à la mi-temps", analysait de son côté Tigana. "Nous avons encore beaucoup de travail et il faut pouvoir concrétiser nos occasions lorsqu'il faut revenir. Je ne suis pas en colère contre mes joueurs. Je ne vais peut-être pas très bien dormir mais c'est comme cela", ajoutait-il. L'entraîneur bordelais va devoir en effet se creuser la tête pour reconstruire un bloc défensif digne d'une équipe désireuse de jouer le haut du tableau, lui qui sera privé lors de la 12e journée contre Valenciennes de Michaël Ciani, averti samedi sur le penalty accordé aux Bretons, double sanction pour un joueur lui aussi passé à côté de son match. Déçus, les Girondins n'auront pas le temps de cogiter, attendus dès mardi à Saint-Etienne pour les huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue, l'occasion de rebondir comme l'appelle de ses voeux Carrasso : "Nous nous devons d'aller de l'avant car bizarrement c'est l'un des premiers matches où nous avons eu beaucoup d'occasions." Fermer la boutique, concrétiser ses occasions, Bordeaux connaît la recette. Reste à l'appliquer.