Trois mois pour Missoup

  • A
  • A
Trois mois pour Missoup
Partagez sur :

Reconnu coupable de violence aggravée, avec préméditation, suite à son agression sur Rémy Martin, après la rencontre Montpellier-Toulon du 30 septembre dernier, le troisième ligne du RCT Olivier Missoup a été interdit de stade lundi pour les trois prochains mois par le tribunal correctionnel du chef-lieu de l'Hérault. Il peut néanmoins s'entraîner avec son club.

Reconnu coupable de violence aggravée, avec préméditation, suite à son agression sur Rémy Martin, après la rencontre Montpellier-Toulon du 30 septembre dernier, le troisième ligne du RCT Olivier Missoup a été interdit de stade lundi pour les trois prochains mois par le tribunal correctionnel du chef-lieu de l'Hérault. Il peut néanmoins s'entraîner avec son club. Suite et fin dans l'affaire Missoup. Suspendu "à titre provisoire" par la Ligue nationale de rugby (LNR) le 13 octobre dernier, le Toulonnais Olivier Missoup a été interdit de stade, ce lundi, pour une durée de trois mois par le tribunal correctionnel de Montpellier. Cette peine est également assortie d'une amende de 3000 euros et de 2600 euros de dommages et intérêts à verser à son ancien coéquipier du Stade Français Rémy Martin, qu'il avait agressé après la rencontre entre le MHR et le RCT. Une décision qui a fait réagir le club toulonnais par le biais d'un communiqué de presse. "Le Rugby Club Toulonnais a accueilli la décision prise par le Tribunal Correctionnel de Montpellier à l'encontre du joueur Olivier Missoup avec déception et dénonce la démesure des sanctions prises envers son joueur au comportement exemplaire." Un petit rappel des faits s'impose. Le 30 septembre dernier, alors que Montpellier reçoit Toulon lors de la 6e journée du Top 14, la tension monte sur le terrain entre Olivier Missoup et Rémy Martin et se transforme même en bagarre lors de la réception d'après-match. Les deux hommes en viennent aux mains et le pugilat entraîne la pose de dix points de suture sur la lèvre de l'Héraultais, ainsi que le bris de sa prothèse dentaire. L'histoire devient rapidement une affaire judiciaire puisque Missoup est mis en garde à vue le 12 octobre puis convoqué par le tribunal correctionnel de Montpellier. En plus de l'interdiction de stade prononcée par ce dernier, le troisième-ligne risque également une suspension sportive, mais la LNR ne s'est pour le moment pas prononcée à ce sujet. Du coup, Missoup peut continuer à s'entraîner avec son club. Jusqu'à quand ?