Trinh-Duc, le désaveu

  • A
  • A
Trinh-Duc, le désaveu
Partagez sur :

Symbole de l'ère Lièvremont en équipe de France, François Trinh-Duc a perdu ses galons d'ouvreur pour affronter les Blacks samedi, à l'Eden Park d'Auckland, où il débutera sur le banc, au profit d'un Morgan Parra replacé en n°10. Le sélectionneur national refuse de parler de condamnation et attend de lui une réaction. Mais l'ouvreur risque d'avoir du mal à se remettre d'un tel camouflet...

Symbole de l'ère Lièvremont en équipe de France, François Trinh-Duc a perdu ses galons d'ouvreur pour affronter les Blacks samedi, à l'Eden Park d'Auckland, où il débutera sur le banc, au profit d'un Morgan Parra replacé en n°10. Le sélectionneur national refuse de parler de condamnation et attend de lui une réaction. Mais l'ouvreur risque d'avoir du mal à se remettre d'un tel camouflet... La surprise du chef ! Marc Lièvremont a tranché et signé l'un des choix les plus improbables en concoctant pour affronter les All Blacks samedi, à l'Eden Park d'Auckland, une charnière inédite, composée de Dimitri Yachvili à la mêlée et de... Morgan Parra à l'ouverture ! Certains parleront de bricolage à voir ainsi les Bleus s'offrir à la meilleur équipe du monde, ou réputée comme telle, équipée d'une charnière titulaire inédite, dont l'ouvreur, invité à se mesurer à Dan Carter en personne, n'a jamais joué le moindre match international. Pour toute expérience, Parra pourra se prévaloir d'un quart d'heure face au Japon et de vingt minutes face au Canada jouées lors des deux premières levées de cette Coupe du monde. Dans l'esprit du sélectionneur, les deux meilleures périodes des Bleus, qui à chaque fois auront permis au prix d'un coup de rein final d'accrocher deux victoires bonifiées. Un Parra qui n'a plus joué titulaire en dix depuis deux ans et demi et son époque berjallienne, mais préféré malgré tout à François Trinh-Duc, le symbole de l'ère Lièvremont, ainsi désavoué par cette décision. "Une décision pas facile à prendre, consent aisément le coach des Bleus. Après deux matches pas assez aboutis, François paye un petit peu ces deux matches, avec la rentrée de Morgan Parra à chaque fois assez probantes. Je compte sur les ressources de François pour se remobiliser et nous faire une bonne rentrée en cours de match et pour la suite de la compétition. Sur Morgan pour assurer, je ne sais pas ci ce n'est un intérim, en tout cas une production. Il est bien dans sa tête et il a accepté ce choix avec beaucoup d'enthousiasme." Lièvremont: "Il a parfois du mal à mon sens à assumer ses contre-performances" Trinh-Duc, le dépositaire du jeu des Bleus depuis quatre ans, encore à son avantage lors des deux matches de préparation face à l'Irlande, ainsi débarqué à l'heure où cette équipe de France rentre dans le vif du sujet, c'est évidemment un coup de tonnerre. Que Lièvremont ne conçoit pourtant pas ainsi: "Ce n'est pas une condamnation, ce n'est pas une demi-finale de Coupe du monde, assure-t-il. Je crois qu'on a besoin à ce poste d'un joueur bien dans sa tête, qui sache nous faire avancer. Et depuis deux matches, François doute, c'est ce que je lui ai dit: « Ce n'est pas une condamnation ». Ça reste un match important pour ce qu'il représente, mais on ne doit pas l'aborder la trouille au ventre. Il y a un moment je suis obligé de faire des choix. [...] A la mêlée, on a la chance d'avoir deux joueurs excellents, on a vu que leur association était possible, même si ce n'est que sur ces deux bouts de match. Quelque part, ces deux joueurs méritaient de démarrer ce match." On pourra y voir de la part de Lièvremont, au-delà du cas Trinh-Duc, un non-choix, lui qui n'aura jamais tranché dans son duel à la mêlée et finalement associé ses deux neuf. Mais Lièvremont n'abandonne pas son soldat Trinh-Duc: "J'attends une réaction de François auquel j'ai accordé ma confiance durant trois ans. Je lui en ai parlé après le match contre le Japon, je lui en reparle après le Canada, et à un moment, j'agis... J'attends aussi de François qu'il nous montre que c'est un compétiteur, que c'est un champion et qu'il nous montre qu'il vaut mieux que ce qu'il nous a montrés sur ces deux matches. On sait que j'intégrerai certainement contre les Tonga Jean-Marc Doussain sur la feuille de match. Il va y avoir de la concurrence, elle n'a peut-être pas été assez marquée envers François depuis trois ans et demi. Et Morgan Parra à travers son enthousiasme et son culot sur vingt minutes a montré la voie à François en faisant des choses simples... C'est aussi une forme de test pour lui." Mais Lièvremont d'ajouter: Au-delà de la portée symbolique de ce match, ça n'est qu'un match de poule." On pourrait croire le sélectionneur déçu de voir ainsi le joueur sur lequel il avait le plus investi depuis trois ans ne pas répondre à ses attentes: "Ce n'est pas décevant, c'est comme ça. C'est dans la nature des hommes ; les joueurs ont parfois besoin d'un stimulant, mais ils ont aussi le droit d'être défaillant. Il a le droit de rater son match comme j'ai le droit de prendre ce genre de décisions." On croit pourtant déceler, quoi qu'il en dise, une forme de déception chez Lièvremont lorsqu'il évoque l'absence de remise en cause chez son joueur: "Il a parfois du mal à mon sens à assumer ses contre-performances. C'est aussi pour moi la marque d'un champion, même s'il sait que ses performances n'ont pas été assez abouties, cette décision doit contribuer à ce qu'il se remette en question." La balle est dans le camp du Montpelliérain. Saura-t-il la saisir ?