Trinh-Duc a grandi

  • A
  • A
Trinh-Duc a grandi
Partagez sur :

Souvent décrié pour son manque d'expérience des grands rendez-vous, François Trinh-Duc, grand artisan du parcours montpelliérain jusqu'en finale du Top 14, a semblé prendre de une nouvelle envergure sous la pression des phases finales. Si l'intéressé aspire aujourd'hui à un repos bien mérité, il espère mettre à profit ce capital nouveau en Coupe du monde avec les Bleus.

Souvent décrié pour son manque d'expérience des grands rendez-vous, François Trinh-Duc, grand artisan du parcours montpelliérain jusqu'en finale du Top 14, a semblé prendre de une nouvelle envergure sous la pression des phases finales. Si l'intéressé aspire aujourd'hui à un repos bien mérité, il espère mettre à profit ce capital nouveau en Coupe du monde avec les Bleus. Avec Montpellier: "Notre saison est exceptionnelle !" Lorsqu'on l'interroge sur ce qu'il restera de cette campagne historique du Montpellier Hérault Rugby jusqu'en finale du Top 14 -la première du club !- François Trinh-Duc répond du tac au tac, les yeux brillants: "De très bon souvenirs, beaucoup d'émotion, de joie, d'amitié ; au niveau rugbystique, avoir vécu de tels moments d'émotion, notamment au Vélodrome, avec tout ce public montpelliérain, on ne le doit qu'à nous-mêmes et ça, on ne pourra pas nous l'enlever. C'est un parcours atypique et ça restera gravé. Quoi qu'il arrive notre saison est exceptionnelle !" Le MHR a mis un pied dans la cour des grands et rêve déjà d'y revenir : "Il y a l'envie de revenir maintenant qu'on a un peu goûté et touché du doigt ce que c'était qu'une finale. Forcément, on va avoir envie de revenir. On a pas mal de potentiel, je le sens. C'est vrai qu'on a beaucoup travaillé, fait beaucoup de concessions et de sacrifices, mais ça passe par là. Si c'était facile, ça se saurait." Et désormais, justement, Trinh-Duc est au parfum. Avec l'équipe de France: "En mode Coupe du monde fin juin" Dans moins d'un mois, les Bleus sélectionnés pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande (9 sept.-23 oct.), et donc notamment ceux concernés par ces phases finales, auront déjà rendez-vous au CNR de Marcoussis pour le véritable coup d'envoi de la campagne des Tricolores. Mais d'ici là, comme le dit Trinh-Duc, "il me tarde de prendre quelques vacances parce que ça fait un an que je m'entraîne et que je n'ai pas eu trop de repos. Je vais un peu souffler et couper avec le rugby, et on passera en mode Coupe du monde fin juin." Un objectif pour lequel l'ouvreur montpelliérain estime pouvoir tirer de ces dernières semaines et de ses premières expériences en phases finale: "Oui, peut-être, sur le plan de l'expérience. On me reproche suffisamment d'en manquer ; avec ces matches couperets, où tout se joue à pas grand-chose, à quelques points, ça me permet de grandir et grandir avec mon équipe, c'est encore mieux. (...) Ça permet de toucher du doigt les matches de phase finale, l'engouement que ça suscite et c'est une bonne chose que de pouvoir le toucher du doigt avant cette Coupe du monde." Marc Lièvremont ne dira sans doute pas le contraire...