Trezeguet commence fort

  • A
  • A
Trezeguet commence fort
@ Reuters
Partagez sur :

LIGA - L'attaquant joue face au Barça pour son 1er match avec Alicante.

LIGA - L'attaquant joue face au Barça pour son 1er match avec Alicante. De la Juve à Hercules, il y a une montagne que David Trezeguet a franchie sans hésiter. Rejoindre le promu en Liga peut, extérieurement, représenter une décision étonnante et une régression évidente. Pas pour "Trezegol" qui avait envie depuis de longues années de découvrir le championnat espagnol. "Mon idée est d'apporter mon expérience et de démontrer dans la Liga toutes mes qualités de buteur. Avec la Juve, j'ai réussi à devenir le meilleur buteur étranger de toute l'histoire. Hercules est un club qui veut grandir et rester en première division, ce qui me va bien", concède le Français dans les colonnes du quotidien AS. Le maintien pour ambition, ce sera une nouveauté pour Trezeguet après dix saisons passées en haut de tableau de la Serie A et deux titres en 2002 et 2003 (ceux de 2005 et 2006 ont été retirés à la Juve). Cela ne lui fait pas peur: "Il est clair que je rejoins une équipe modeste et que la réalité sera différente de celle que j'ai vécue en Italie, mais ce n'est pas un problème pour moi, confirme-t-il à AS. J'ai la même motivation que lorsque je suis arrivé en Italie. (...) Je me suis renseigné sur l'histoire, le président, le public, et je sais qu'il y a un projet ambitieux." Des renforts à tous les étages Le club d'Alicante, par ailleurs accusé par le Betis Séville de corruption lors de la montée en Liga, s'est en effet montré actif sur le marché des transferts enrôlant notamment, outre Trezeguet, le Néerlandais Royston Drenthe (Real Madrid), deux autres Français, Olivier Thomert (Rennes) et Noé Pamarot (Portsmouth), le Paraguayen Nelson Valdez (Borussia), sans oublier Javier Garcia Portillo, un ancien crack du centre de formation du Real Madrid. Ce ne sera évidemment pas de trop pour tenter d'exister dans un championnat d'Espagne relevé et l'entraîneur Esteban Vigo ne manquera sans doute pas de travail. Le premier rendez-vous de la saison perdu à domicile face à l'Athletic Bilbao (0-1) a d'ailleurs mis en lumière les carences offensives du club. Si la défaite est apparue sévère aux yeux de l'entraîneur, le sens du but d'un Trezeguet ne sera pas de trop, surtout pas dans un Camp Nou qui risque de paraître bien grand à une partie de l'effectif. L'attaquant français, qui n'hésite pas à qualifier le Barça de "meilleure équipe d'Europe", ajoute dans les colonnes de Marca: "Tout le monde aime jouer au Camp Nou. La saison dernière, je n'ai que peu joué et je viens apporter mon expérience à Hercules." Malgré l'ampleur de la tâche qui attend ses joueurs, Esteban Vigo, qui a joué dix ans au Barça, "ne signerait pas pour un match nul". Cela ressemblerait pourtant à un exploit.