Traoré "s'est fait rouler"

  • A
  • A
Traoré "s'est fait rouler"
Partagez sur :

Evincé de l'équipe de France au lendemain du match amical contre l'Espagne, Ali Traoré ne disputera vraisemblablement pas l'Euro en Lituanie avec les Bleus. L'ancien joueur de l'Asvel s'est vu préférer Kévin Séraphin au dernier moment. Dans une interview accordée à Basket Session, l'intérieur tricolore confie sa déception, et regrette de ne pas avoir eu le temps de prouver sa valeur.

Evincé de l'équipe de France au lendemain du match amical contre l'Espagne, Ali Traoré ne disputera vraisemblablement pas l'Euro en Lituanie avec les Bleus. L'ancien joueur de l'Asvel s'est vu préférer Kévin Séraphin au dernier moment. Dans une interview accordée à Basket Session, l'intérieur tricolore confie sa déception, et regrette de ne pas avoir eu le temps de prouver sa valeur. Le mauvais scénario. C'est peu dire qu'Ali Traoré n'a pas goûté son éviction du groupe France en vue de l'Euro. La donne était pourtant claire. Au moment de dévoiler sa liste, en juin dernier, Vincent Collet avait convoqué 16 joueurs : les 12 joueurs appelés à disputer l'Euro, et 4 "partenaires d'entraînement" pour la préparation. Ali Traoré faisait partie du premier groupe, Kévin Séraphin du deuxième. Finalement, c'est l'intérieur des Washington Wizards qui se rendra en Lituanie. En l'espace de deux matches amicaux contre le Canada (ses deux premières sélections !), l'ancien choletais a convaincu le sélectionneur. Dans une interview accordée au site Basket Session, l'ancien pivot de l'Asvel confie son amertume. "Je n'étais pas surpris, je voyais le coup venir depuis un moment, explique Traoré. J'espérais me tromper parce que je n'ai pas vraiment eu l'occasion de montrer quoi que ce soit. On a tous vu que Kévin Séraphin a fait deux matches amicaux sympathiques. (...) Lors des deux matches amicaux qu'on a eus, le niveau des intérieurs était relatif. Je ne pensais pas qu'au bout de ces deux matches contre le Canada, Vincent Collet trancherait direct." Après un Mondial 2010 traversé comme un fantôme, "pour des raisons que Vincent connaît", l'intérieur tricolore avait apprécié la main tendue par son ancien coach à l'Asvel. Le coup est d'autant plus rude à encaisser aujourd'hui. "Je ne suis pas énervé, je suis surtout très déçu. (...) Ce qui prime, c'est la déception et le sentiment de n'avoir rien montré", confie Traoré, qui avait dû quitter ses partenaires lors du stage à Pau durant quelques jours, pour se rendre en Russie régler les derniers détails de son transfert au Lokomotiv Kuban. "Vincent m'a sorti des arguments qui ne m'ont pas vraiment convaincus, regrette Traoré. En gros, il m'a dit qu'il ne s'attendait pas à ce que Séraphin soit à ce niveau, Il n'avait absolument rien à me reprocher. Il a même dit que j'avais retrouvé ma forme de 2009. Je trouve que je me suis quand même fait rouler en quelque sorte parce qu'à la base, je pensais faire partie des 12. Je n'ai pas eu de sentiment d'urgence. Je comptais monter tranquillement en puissance. Ça a été le cas d'ailleurs d'après les échos que j'ai eu. Mes coéquipiers m'ont dit que je montais bien aux entraînements. Je me disais que c'était un marathon mais j'aurais dû sprinter en fait. Je me suis fait rouler par cette histoire de 12."