Tranquille comme Gasquet

  • A
  • A
Tranquille comme Gasquet
Partagez sur :

Brillant vainqueur d'Albert Montanes au 1er tour dimanche, Richard Gasquet continue sa route au Masters 1000 de Rome. Le Biterrois s'est très facilement défait du Russe Igor Andreev (6-1, 6-2) ce mardi et pourrait retrouver Roger Federer en huitièmes de finale. A moins que Jo-Wilfried Tsonga...

Brillant vainqueur d'Albert Montanes au 1er tour dimanche, Richard Gasquet continue sa route au Masters 1000 de Rome. Le Biterrois s'est très facilement défait du Russe Igor Andreev (6-1, 6-2) ce mardi et pourrait retrouver Roger Federer en huitièmes de finale. A moins que Jo-Wilfried Tsonga... Visiblement, Richard Gasquet se sent mieux le midi à Rome qu'à minuit à Madrid. Dans la nuit espagnole, la semaine passée, le Biterrois avait manqué dans les grandes largeurs son match contre Daniel Gimeno-Traver. Sous le soleil, au Foro Italico, le 16e joueur mondial vient de livrer deux prestations nettement plus convaincantes, en l'espace de trois jours, contre Albert Montanes (6-2, 6-3) et Igor Andreev (6-1, 6-2). Si l'Espagnol est toujours un client difficile sur terre battue, le Russe, issu des qualifications, ne vaut pas mieux en ce moment que sa 106e place mondiale. Pensez-donc, après avoir breaké d'entrée un Gasquet pas réveillé, Andreev s'est volatilisé du court. En une petite demi-heure, il a perdu 10 jeux de suite, en ne marquant que trois malheureux points sur ses mises en jeux. Etonnant. A 6-1, 4-0, le Tricolore s'est permis un petit relâchement, qui n'occulte pas le match sérieux réalisé. Sans avoir à forcer son talent (13 coups gagnants-10 fautes directes), Gasquet a parfaitement su faire déjouer Andreev, auteur de son côté de 26 fautes directes, et rejoint déjà les huitièmes de finale. "Ça change la vie d'être tête de série ici. Je l'ai bien maîtrisé, je sentais bien la balle. Avec Riccardo Piatti (son entraîneur, ndlr), on essaie de faire en sorte de jouer long et de ne pas trop reculer", a déclaré Gasquet. Il retrouvera alors Roger Federer ou Jo-Wilfried Tsonga. Très bon contre Almagro et Söderling a mardi, le Manceau, lundi soir, a nettement dominé un petit Marcos Baghadatis (6-3, 6-2), à qui il n'a pas laissé la moindre balle de break. Il n'est pas dit que Federer ait la partie facile mercredi...