TP est bien là !

  • A
  • A
TP est bien là !
Partagez sur :

Avec 21 points et 6 passes, Tony Parker a d'ores et déjà fait parler la poudre, vendredi, pour ses débuts avec l'Asvel. Une performance qui a permis à son équipe de glaner son premier succès de la saison, face au Paris-Levallois (75-73), dans le cadre de la 2e journée de Pro A. Les Rhodaniens ont toutefois encore du boulot, s'ils veulent jouer les premiers rôles cette saison.

Avec 21 points et 6 passes, Tony Parker a d'ores et déjà fait parler la poudre, vendredi, pour ses débuts avec l'Asvel. Une performance qui a permis à son équipe de glaner son premier succès de la saison, face au Paris-Levallois (75-73), dans le cadre de la 2e journée de Pro A. Les Rhodaniens ont toutefois encore du boulot, s'ils veulent jouer les premiers rôles cette saison. TP s'occupe de tout. Vendredi soir, à l'Astroballe, Tony Parker était au four et au moulin, pour s'assurer une belle première soirée sous son nouveau maillot. Le meneur de jeu a commencé par distribuer 2 000 tuniques floquées à son nom aux premiers arrivants, histoire d'assurer l'ambiance. Sur le parquet, il est ensuite sorti de sa boîte dans le dernier quart, cette fois pour s'assurer que sa première ne serait pas gâchée par une vilaine défaite. "C'était un bon premier match, glisse l'habituel joueur des Spurs, devant les caméras de Sport+. Cela faisait un mois que je n'avais pas joué. Il fallait que je m'habitue à mes nouveaux coéquipiers". Un premier match qui démarre sous les meilleurs auspices, malgré les craintes de son coach. "Le fait que Tony soit là, ça attire du monde, ce n'est pas simple", soufflait Pierre Vincent, avant de voir son nouveau leader offrir deux passes, et marquer son premier panier derrière l'arc (7-2, 3e). Des débuts rêvés, également dus à la partition catastrophique des Parisiens, maladroits, et peu avares en balles perdues (29-14, 10e). "On n'a pas été dedans. On les a sûrement trop respectés", enrage Vincent Masingue. Christophe Denis, le coach francilien, tente alors une zone, et son équipe grappille peu à peu son retard, tandis que la machine rhodanienne se grippe (42-33, 20e). Parker: "Il faut mieux contrôler le rebond" "Il faut faire preuve de plus de discipline. Il faut être plus agressif, plus dur. On ne peut pas subir l'attaque de l'Asvel", prévient le technicien levalloisien. Et ses joueurs, Lamont Hamilton en tête, s'en donnent alors à coeur joie, et dynamitent la raquette adverse. "C'est un peu notre point faible. Il faut mieux contrôler le rebond. Déjà contre Roanne on a eu du mal", reconnaît Tony Parker, qui voit son équipe s'enliser, et le PL passer devant (44-46, 26e). "Il a fallu qu'on sorte de cette mini-sieste. On a montré qu'on avait des qualités", sourit Masingue, auteur de 8 points et 5 rebonds au final, tandis que son compère, Hamilton, cumule lui 14 points et 9 prises. Mais si le PL montre de belles choses (51-55, 30e), le club francilien ne dispose pas (plus), dans son effectif, du meilleur joueur français de tous les temps. TP revient en effet sur le parquet, et enchaîne les actions d'éclat au début du 4e quart, pour relancer les débats (66-66, 35e). Le match se tend alors fermement, et bascule du côté de l'Asvel, notamment grâce à l'activité du musculeux Jamies Skeen (13 points), et d'une dernière banderille signée Phill Goss (75-73, 40e). "C'est un peu frustrant", lâche Masingue. "Dans ce 4e quart, on a mieux joué, explique de son côté TP, auteur de 21 points et 6 passes au final. On a mieux défendu". Il faudra cependant être plus constant, la semaine prochaine, face à Gravelines. Le résumé du match Asvel-Paris Levallois en images (vidéo LNB)