Toute l'Italie derrière l'Inter

  • A
  • A
Toute l'Italie derrière l'Inter
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Vainqueur à l'aller (2-1), l'Inter espère éliminer Chelsea.

LIGUE DES CHAMPIONS - Vainqueur à l'aller (2-1), l'Inter espère éliminer Chelsea. Un comble. Alors qu'il est sans doute l'entraîneur le plus haï du pays, José Mourinho devrait être soutenu par une majorité d'Italiens, mardi, à l'heure de se déplacer à Stamford Bridge, pour le compte des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Si l'Inter Milan, pourtant pas franchement le club le plus apprécié de l'autre côté des Alpes, va recevoir un soutien quasi-unanime, c'est qu'elle porte sur ses épaules les derniers espoirs nationaux sur la grande scène européenne. Ainsi, alors qu'ils étaient quatre représentants transalpins sur la ligne de départ, la Juventus Turin a quitté la compétition dès la phase de poules, éliminée par Bordeaux et le Bayern, tandis que la Fiorentina et l'AC Milan sont quant à eux tombés en huitièmes de finale. Pour les Milanais, rien de plus logique à la vue de la supériorité de Manchester United, vainqueur sur les deux rencontre (3-2, 4-0). Pour les coéquipiers de Sébastien Frey en revanche, la pilule est plus difficile à avaler puisque le match aller à Munich fut perdu sur un but entaché d'un hors-jeu flagrant (1-2, 3-2). Toujours est-il que la suite de la compétition se fera sans eux. Mourinho: "Mon record est imbattable" En Ligue Europa, la copie n'est pas franchement plus rassurante puisque la Juve est le dernier représentant encore en lice après l'élimination en seizièmes de finale de la Roma par le Panathinaïkos. Déjà absente du grand huit de la Ligue des champions, l'an passé, l'Italie commence donc à s'inquiéter, notamment pour son indice UEFA, puisque l'Allemagne n'est actuellement qu'à deux petits points de son rival et pourrait donc prendre la 3e place européenne et les quatre équipes qualifiées pour la C1 qui vont de paire. Le risque est donc grand pour le football italien de perdre un représentant. Mais l'Inter peut encore enrayer cette lente descente, après sa victoire à l'aller sur son rival anglais (2-1). Et quoi de mieux pour ajouter à l'intensité dramatique qu'un retour de José Mourinho à Stamford Bridge, son premier en tant qu'entraîneur adverse. Invaincu en championnat à domicile avec les Blues à son époque, "Mou" a d'ores et déjà annoncé la couleur dans les colonnes du Daily Mirror, non sans une touche d'égocentrisme : "Chacun sait que Mourinho ne perd pas à Stamford Bridge. Mon record est imbattable". Pourtant, la forme de son équipe reste très incertaine, avec un seul de ses six derniers matches remporté, et une ambiance de plus en plus malsaine. Pour preuve, Mario Balotelli devrait être écarté par son entraîneur, puisque l'attaquant s'est permis de quitter la mise au vert après un entraînement, lundi. Si l'absence du jeune et impétueux espoir italien sera sûrement compensée par le duo Eto'o-Milito, c'est la défense intériste qui pose pour le moment problème au "Special One". Les Brésiliens Maicon et Lucio sont en effet en manque criant de forme en ce moment, alors que le poste d'arrière gauche est déserté. De son côté, Chelsea avance presque tranquillement vers ce huitième, et seul les absences de Cech et d'Hilario dans le but peuvent causer quelques tracas à Carlo Ancelotti, qui a décidé de titulariser Turnbull. En cas de victoire, le technicien italien fera en tout cas un bien drôle de cadeau à son pays.