Tours maîtrise son sujet

  • A
  • A
Tours maîtrise son sujet
Partagez sur :

Quelques jours après avoir difficilement pris la mesure de Cannes à la maison (3-2), le Tours Volley-ball a de nouveau dû s'employer pour venir à bout des Azuréens sur leurs terres (3-1 ; 25-22, 25-18, 20-25, 25-21), ce mercredi, en demi-finale retour du Championnat de France. Un précieux succès qui permet aux protégés d'Eric Ngapeth de valider leur billet pour la finale des play-offs, où ils retrouveront Poitiers, vainqueur de Sète la veille (3-2).

Quelques jours après avoir difficilement pris la mesure de Cannes à la maison (3-2), le Tours Volley-ball a de nouveau dû s'employer pour venir à bout des Azuréens sur leurs terres (3-1 ; 25-22, 25-18, 20-25, 25-21), ce mercredi, en demi-finale retour du Championnat de France. Un précieux succès qui permet aux protégés d'Eric Ngapeth de valider leur billet pour la finale des play-offs, où ils retrouveront Poitiers, vainqueur de Sète la veille (3-2). "Les joueurs ont envie de prolonger le plaisir et d'aller au bout d'eux-mêmes. On est prêts dans la tête". Persuadés de pouvoir jouer un mauvais tour au TVB ce mercredi, à l'occasion de la demi-finale retour du Championnat de France, Laurent Tillie et consorts se sont heurtés de plein fouet à la démonstration de force affichée par le leader de la saison régulière, au Palais des Victoires (3-1). S'ils avaient laissé entrevoir une inconstance préjudiciable au service lors du premier round, à Grenon, les Tourangeaux ont paru plus appliqués dans tous les secteurs de jeu. Il n'a ainsi fallu que quatre manches au champion de France en titre pour valider son billet pour la finale de la compétition, où il y retrouvera Poitiers, son dauphin de la saison régulière, vainqueur de Sète (3-2) 24 heures plus tôt. Dès l'entame de la rencontre, les deux écuries de Ligue A se jaugent et s'appuient sur leurs deux stars, Earvin Ngapeth et Marien Moreau, pour se rendre coup pour coup. Et à l'issue d'une première demi-heure haletante passée à jouer au chat et à la souris, les Tourangeaux convertissent finalement leur première balle de set en point (1-0, 25-22), grâce notamment à une meilleure présence au contre. Le début de second set est la copie conforme du premier acte et une fois encore, si les deux équipes s'adonnent à une lutte acharnée au bloc, le TVB parvient rapidement à sortir son épingle du jeu (19-15), au grand dam de l'entraîneur cannois qui ne tarde pas à remettre les pendules à l'heure. "Il faut être plus guerrier. Ce n'est pas Marien (Moreau, ndlr) qui va faire tous les points", confessait ainsi le coach azuréen au milieu de la seconde manche, devant les caméras de Sport +. Ngapeth: "Il ne faut pas tomber dans la facilité parce qu'on les domine" Un message qui n'empêche pas le récent vainqueur de la Coupe de France de développer un volley de grande qualité pour reléguer son vis-à-vis à cinq longueurs à l'arrivée (2-0, 25-18), grâce notamment à l'insolente efficacité d'Earvin Ngapeth et de Bogdan Olteanu en attaque. Médusés par la tournure des évènements et probablement vexés de ne pouvoir offrir une plus solide résistance au Tours Volley-ball devant leur public, les Cannois font appel à leurs ressources morales pour retrouver du mordant et finalement s'adjuger le troisième set (1-2, 25-20). Un sursaut d'orgueil qui n'est pas du goût d'Eric Ngapeth qui profite d'un temps mort pour rappeler ses troupes à l'ordre. "Il ne faut pas tomber dans la facilité parce qu'on les domine", lance ainsi l'entraîneur tourangeau. Un message bien perçu par ses protégés qui retrouvent de l'allant en début de quatrième manche grâce notamment à un excellent Petr Konecny au filet. Sans jamais avoir abdiqué, les Cannois doivent se résoudre à laisser échapper le match sous un dernier coup de boutoir de Bogdan Olteanu (3-1, 25-21). Le Champion de France en titre s'offre ainsi la possibilité de défendre son titre face à son dauphin de la saison régulière, Poitiers (*), qui semble être la seule écurie de Ligue A capable de pouvoir contester la suprématie des Tourangeaux dans le Championnat de France. On ne pouvait rêver d'une plus belle finale à Coubertin. --------------------------------- (*) A noter que grâce à la qualification du TVB en finale du Championnat de France, Poitiers valide son billet pour la prochaine Ligue des champions.