Toulouse vous salue bien

  • A
  • A
Toulouse vous salue bien
Partagez sur :

Vexés par la non sélection de plusieurs de leurs cadres cette semaine en équipe de France, les Toulousains ont envoyé un message fort ce samedi, à Ernest-Wallon, où une équipe mixte de Toulon a subi un 3e revers de rang très lourd (44-5). Skrela, auteur d'un gros match assorti de 13 points au pied, comme Clerc, Poitrenaud et Picamoles, auteurs chacun d'un essai, ont su se rappeler au bon souvenir des sélectionneurs. Le Stade, fort de ce nouveau succès bonifié, devient leader.

Vexés par la non sélection de plusieurs de leurs cadres cette semaine en équipe de France, les Toulousains ont envoyé un message fort ce samedi, à Ernest-Wallon, où une équipe mixte de Toulon a subi un 3e revers de rang très lourd (44-5). Skrela, auteur d'un gros match assorti de 13 points au pied, comme Clerc, Poitrenaud et Picamoles, auteurs chacun d'un essai, ont su se rappeler au bon souvenir des sélectionneurs. Le Stade, fort de ce nouveau succès bonifié, devient leader. Si Toulon, en se privant volontairement des Bruno, Smith, Emmanuelli, Van Niekerk et autres Suta, tous laissés au repos en vue du prochain déplacement à Perpignan, avait affiché de manière claire ses ambitions à l'occasion de ce déplacement dans la Ville Rose, on doute que Mourad Boudjellal aura apprécié de voir son RCT sombrer dans de telles proportions sur le terrain des champions d'Europe. Un naufrage total (44-5), qui supplante même dans le désastre la faillite européenne au Munster (45-18), qui prenait pourtant des allures de traumatisme du côté de la Rade... Les supporters toulonnais, déjà contrits de se voir imposer par la Ligue et Canal+ de jouer en bleu (voir par ailleurs), auront souffert au cours d'un match à sens unique que les Toulousains auront marqué de leur empreinte, une semaine après leur très consistante performance réussie face à l'Usap (38-29), assortie déjà de cinq essais. Un Stade de plus en plus impressionnant, qui n'a plus connu la défaite depuis sept matches (6 victoires, 1 nul) et dont la montée en puissance s'est doublée d'un indéniable surplus de motivation suite à l'annonce de la sélection du XV de France, qui a laissé plusieurs Toulousains sur le carreau. "On pratique la politique de l'homme en forme", lâchera au micro de Canal+ Guy Novès, spectateur comblé de ce festival, dans une ellipse que Marc Lièvremont saura sans doute percer. Fanny à la pause Comme un signal, la première grosse séquence toulousaine est terrible, longue de plus de deux minutes et demie et qui met déjà Toulon au supplice. Et à la différence du week-end dernier face à l'Usap, le Stade frappe le premier avec ce nouvel essai de Médard, mis sur orbite par Skrela et Fritz, qui repositionné à l'aile s'en va signer sa cinquième réalisation de la saison (7-0, 8e). Les recalés toulousains du XV de France ont les crocs, c'est une évidence. Dans la foulée, un ballon de récupération est immédiatement exploité sur l'aile par Skrela, qui tape à suivre pour Clerc, qui aplatit à son tour en coin (12-0, 10e). Toulouse déroule et ne cède pas à l'euphorie, prend les points qui se présentent avec ces deux coups de pied gagnants de Skrela (18e, 21e). Le Stade s'envole et on voit déjà mal comment le RCT pourrait lui contester ce succès, qui fait plus que se dessiner. Tout va de mal en pis pour les visiteurs, pris dans tous les secteurs du jeu, avec ces deux échecs de Contepomi face aux barres (24e, 37e) et surtout ce carton jaune infligé à Kefu, peut-être sévère mais qui sanctionne l'oeuvre d'ensemble des Toulonnais, dépassés et réduits à une indiscipline coupable (27e). Une infériorité numérique qui ne fait qu'attiser l'appétit du Stade capable de scorer encore avant la pause sur ce jeu au pied de Skrela, que Kelleher exploite à merveille pour lancer Poitrenaud à l'essai (25-0, 40e). "On tient la victoire, on tient le bonus, il faut continuer à être ambitieux. A nous de bosser..." Le message de Vincent Clerc sur le chemin du retour aux vestiaires est on ne peut plus clair et mis en application dès la reprise avec ce quatrième essai sur pénaltouche de Montès, qui fait honneur à sa première titularisation de la saison (32-0, 44e). On approche de l'heure de jeu quand Toulon s'offre sa première occasion digne de ce nom avec cet échange Kefu-May, qui voit Vergallo aplatir ce ballon brûlant dans son en-but (53e). Toulon se lâche enfin, Schofield s'échappe et May inscrit cette fois les premiers points de sa formation. Un essai que Contepomi, décidément malheureux avec ce coup de pied sur la transversale, ne transforme pas à 25 mètres (32-5, 58e). Mais Toulouse met un point d'honneur à achever ce match comme il l'a commencé, à cent à l'heure avec les nouveaux essais de Picamoles (37-5, 69e), suivi de près par Médard, auteur du doublé et désormais seul meilleur marqueur du championnat avec sept réalisations (44-5, 72e). Fermez le ban, Toulouse, pour la première fois de la saison, s'empare du fauteuil de leader.