Toulouse sans feux d'artifice

  • A
  • A
Toulouse sans feux d'artifice
Partagez sur :

En attendant le renfort de ses Mondialistes, salués en héros samedi par Ernest-Wallon, le Stade Toulousain continue d'assurer l'essentiel. Face à une équipe du Stade Français solide à défaut d'être brillante, le club de la Ville Rose a décroché son septième succès de la saison (18-15) pour suivre le rythme imposé par Clermont et préparer avec sérénité les échéances futures.

En attendant le renfort de ses Mondialistes, salués en héros samedi par Ernest-Wallon, le Stade Toulousain continue d'assurer l'essentiel. Face à une équipe du Stade Français solide à défaut d'être brillante, le club de la Ville Rose a décroché son septième succès de la saison (18-15) pour suivre le rythme imposé par Clermont et préparer avec sérénité les échéances futures. La fête, les feux d'artifice et le spectacle. Ça, c'est pour le Stade de France. Si le public d'Ernest-Wallon était prêt à s'enflammer, chauffé à blanc par le retour au bercail de ses Mondialistes, Thierry Dusautoir, Maxime Médard, Vincent Clerc et compagnie accueillis en héros avant le coup d'envoi, le Stade Français s'est amusé à faire retomber l'ambiance. On ne sait si c'était le réveil annoncé par Guy Novès, qui avait donc raison de se méfier du relatif anonymat entourant ce Clasico du rugby français autrefois beaucoup plus passionné, mais le club de la capitale, coincé dans la seconde moitié du tableau, a longtemps rivalisé avec le Stade Toulousain, passant même devant à l'heure de jeu. 10-12, ça ressemble alors à un score de finale de Coupe du monde et à voir Louis Picamoles se ronger les ongles dans la tribune d'Ernest-Wallon, on aurait pu se croire à Auckland une semaine plus tôt. A la différence près que les fautes au sol sont sanctionnées dans le Top 14... Et cette pénalité que le XV de France a attendu en vain contre la Nouvelle-Zélande, l'arbitre en accorde deux de suite au Stade Toulousain, Beauxis, pas dans un très grand jour sur ses tentatives (3/7), mais toujours plus en réussite que McAlister (0/2), en réussissant au moins une pour redonner l'avantage à son équipe (13-12). Contepomi, la tête ailleurs La chance du Stade Toulousain aura été le manque de réussite de Dupuy, auteur de quatre pénalités mais malheureux à l'heure de répondre à Beauxis, le demi de mêlée parisien trouvant dans la foulée pour la deuxième fois du match le poteau (64e). Mais aussi d'avoir marqué dans les dix dernières minutes un essai, par Donguy en bout de ligne (74e), sur sa première véritable charge du match, celui de Nyanga en début de match ayant été inscrit sur un ballon de récupération et trois petites passes (7e). Mais surtout d'être tombé sur un Contepomi la tête ailleurs, l'Argentin, aligné pour la première fois à l'ouverture avec son nouveau club, passant à la dernière minute un drop quand son équipe, déjà assurée du bonus défensif, avait besoin d'un essai tranformé pour l'emporter... "Tant mieux pour nous", souffle Yannick Nyanga sur Canal+. Sur le bord de la touche, Dupuy, contraint de sortir en raison d'un pied droit douloureux (68e), a-t-il compris ? "Pas vraiment... Les Argentins sont spéciaux, trouve-t-il la force de sourire à chaud devant la caméra de Canal+. On est dans leurs 22 mètres, qui plus est dans l'axe, on a l'occasion de marquer un essai, c'est comme ça..." Le Stade Français, qui restait sur deux défaites à Lyon (18-6) et Agen (37-13), enregistre un troisième revers de rang après avoir longtemps inquiété le champion de France en titre en besoin cruel de sang frais. "Les victoires sont de moins en moins probantes. Cela va faire du bien quand ils vont revenir. Il nous tarde d'être enfin au complet", reconnaît Nyanga. "On ne fait pas un grand match, relativise Dupuy. On n'est pas en confiance et ça se sent. Mais même en jouant comme ça, il y aurait peut-être eu la place de passer... On va se contenter du point de bonus défensif." Un point qui permet au Stade Français de rester devant Bayonne avec 16 unités. Moitié moins que le Stade Toulousain qui a fait le plein en ce début de saison. De bon augure avant le retour des internationaux et le début de la H Cup...