Toulouse s'extériorise enfin

  • A
  • A
Toulouse s'extériorise enfin
Partagez sur :

Battu lors de ses trois déplacements en championnat, le Stade toulousain a renoué avec le succès à l'extérieur en s'imposant sur la pelouse de Newport (40-19), à l'occasion de la deuxième journée de H-Cup. En tête de leur poule et bien lancés vers les quarts de finale, les Haut-Garonnais ont manqué le bonus offensif mais c'est une "victoire pour continuer à exister" selon Novès.

Battu lors de ses trois déplacements en championnat, le Stade toulousain a renoué avec le succès à l'extérieur en s'imposant sur la pelouse de Newport (40-19), à l'occasion de la deuxième journée de H-Cup. En tête de leur poule et bien lancés vers les quarts de finale, les Haut-Garonnais ont manqué le bonus offensif mais c'est une "victoire pour continuer à exister" selon Novès. Week-end européen réussi pour les clubs français engagés en H-Cup. A l'exception du match franco-français entre le Racing-Métro et Clermont, remporté par les Franciliens (16-9), un seul représentant du Top 14 a connu la défaite sur la scène européenne (Toulon au Munster, 45-18). Tous les autres se sont imposés, et notamment le Stade toulousain qui a décroché, à Newport (19-40), son premier succès de la saison à l'extérieur. C'est ce que retenait en premier lieu le talonneur William Servat, interrogé dans les colonnes de La Dépêche du Midi: "Au-delà de la première victoire à l'extérieur de la saison, il était important de ne pas rater cette première échéance européenne à l'extérieur, puisqu'on connaît l'importance d'une victoire à l'extérieur en poules." En championnat, les Toulousains ont à chaque fois chuté en déplacement (22-16 à Castres, 22-21 à Montpellier et 25-20 à Biarritz). Un bilan en-deçà des objectifs d'un club qui vise une place parmi les deux premiers en fin de saison, pour éviter de disputer un match supplémentaire en cas d'éventuels barrages. Seul point noir de leur sortie galloise - dont on mesurera les conséquences au terme de la phase de poules -, le succès sans bonus offensif, comme face aux Wasps (18-16) lors de la première journée. "Les grincheux diront qu'on n'a pas pris le point de bonus offensif mais on a la victoire pour continuer à exister", tempérait un Guy Novès pragmatique. L'entraîneur a sûrement regardé le classement de la poule 6, que les Rouge et noir ne dominent qu'avec deux points d'avance sur les Wasps. Des Anglais qui s'en tirent bien malgré la défaite inaugurale à Ernest-Wallon. Servat: "On avait les moyens de prendre le point de bonus offensif" Avec trois essais inscrits face à Newport, l'oeuvre de Dusautoir, Médard et Picamoles, le Stade toulousain a construit sa victoire en seconde période. "Nous avons fait une première période avec un petit manque d'ambition face à une équipe qui ne venait pas s'agglutiner autour des rucks. Et puis, en deuxième période, on a vu une équipe qui explose", expliquait Novès. "C'était un match piège. Heureusement qu'en deuxième période, on a pu mettre en place notre jeu", estimait pour sa part Médard. Il aura seulement manqué un quatrième essai, entreprise vaine malgré de nombreuses occasions. Novès parlait lui d'un manque de chance: "Dommage qu'on n'ait pas eu de réussite en fin de match. Ce fut un rugby sérieux, pragmatique puis ambitieux." "On avait les moyens de prendre le point de bonus offensif, regrettait Servat. C'était un match un peu particulier, un peu bizarre. Cela courait dans tous les sens et cela ressemblait parfois à du rugby à 7." Circonstances de jeu dans lesquelles David Skrela s'est parfaitement exprimé, prenant part à tous les bons coups de son équipe et auteur de 19 points: "C'était une équipe très mobile qui nous a perturbés pas mal sur les rucks. Mais nous avons eu le mérite de continuer à mettre du jeu. Nous avons mis les ingrédients nécessaires pour gagner à l'extérieur." Et c'est bien le principal. En espérant que ce ne soit pas qu'un épiphénomène.