Toulouse s'est employé

  • A
  • A
Toulouse s'est employé
Partagez sur :

Toulouse n'a pris l'avantage qu'à la 70e minute pour finalement battre Biarritz, samedi, dans le cadre de la 19e journée du Top 14 (23-19). S'ils ont bien dominé toute la rencontre, les hommes de Guy Novès ont longtemps buté sur le mur du BO, qui signe tout de même une belle performance. Un match qui promet avant leur quart de finale de Coupe d'Europe, en avril prochain.

Toulouse n'a pris l'avantage qu'à la 70e minute pour finalement battre Biarritz, samedi, dans le cadre de la 19e journée du Top 14 (23-19). S'ils ont bien dominé toute la rencontre, les hommes de Guy Novès ont longtemps buté sur le mur du BO, qui signe tout de même une belle performance. Un match qui promet avant leur quart de finale de Coupe d'Europe, en avril prochain. Toulouse a de la ressource. Alors que Biarritz a cru pouvoir devenir la première équipe à s'imposer chez le leader toulousain cette saison, le champion d'Europe a su donner le coup de rein nécessaire en fin de rencontre, pour empocher la victoire (23-19). Un succès qu'il faudra forcément tempérer, en avril prochain, avant le quart de finale de Coupe d'Europe qui opposera les deux équipes à Anoeta. Il faudra ainsi prendre en compte l'absence des internationaux des deux côtés, que ce soit Yachvili ou Thion pour le BO, ou Dusautoir, Servat ou Jauzion de l'autre. La pluie est l'autre acteur majeur de ce match qui ne sera pas forcément présent au printemps prochain. Des conditions climatiques qui ont transformé le ballon en savonnette, forcément un handicap pour des Toulousains qui avaient décidé d'envoyer du jeu. Et si les hommes de Guy Novès ont en effet dominé la rencontre pratiquement de bout en bout, leur supériorité ne s'est jamais reflétée au tableau d'affichage. La faute à un ballon glissant, mais surtout à une défense biarrote héroïque, et franchement bien organisée. Biarritz n'a plus gagné à Toulouse depuis 2001 Un mur défensif prêt à sortir les griffes pour profiter de la moindre erreur adverse. Ainsi, quand Michalak laisse échapper un ballon sans doute un peu trop dans les chaussettes, le contre du BO se met en route, et deux coups de pied plus loin, Balshaw aplatit (10-3, 11e). "On a cherché à s'accrocher en défense", confiera d'ailleurs Terrain, au micro de Canal +. Une stratégie payante pendant la majeure partie de la rencontre, puisque dans le même temps, Peyrelongue conjugue au presque parfait sa partition au pied avec un 4 sur 5 (19-13, 63e). Un état d'esprit défensif qui aura finalement ses limites, puisque Toulouse va trouver par deux fois la faille. La première fois, c'était Picamoles, sur une feinte de passe, qui l'avait créée, avant d'envoyer Heymans à l'essai (10-10, 26e). La deuxième est l'oeuvre de la jeune garde toulousaine, puisque sur une chandelle de Bézy, et après un cafouillage dans l'en-but, c'est Doussain qui aplatit (20-19, 70e). Pour la première fois de la rencontre, le Stade passe devant au score, un statut qu'il gardera jusqu'à la fin avec une pénalité de Bézy en bonus (23-19, 75e). Les Biarrots tentent de bien de jouer mais c'est trop tard, ils ne mettront pas fin à dix ans de revers en terre Rouge et Noir.