Toulouse, roi des champions

  • A
  • A
Toulouse, roi des champions
Partagez sur :

Le duel opposant le dernier lauréat de la Pro D2 au vainqueur du Top 14 a tourné à l'avantage du Stade Toulousain, dimanche à Lyon. Malgré l'absence de ses nombreux internationaux et une météo capricieuse, le club haut-garonnais a fait parler sa puissance pour s'offrir son premier succès (19-9) de la saison en épilogue de la 2e journée.

Le duel opposant le dernier lauréat de la Pro D2 au vainqueur du Top 14 a tourné à l'avantage du Stade Toulousain, dimanche à Lyon. Malgré l'absence de ses nombreux internationaux et une météo capricieuse, le club haut-garonnais a fait parler sa puissance pour s'offrir son premier succès (19-9) de la saison en épilogue de la 2e journée. Pour son premier match dans l'élite à domicile depuis 17 ans, Lyon espérait sans doute mieux. Une semaine après un revers plein d'espoirs sur le terrain de Clermont (22-13), le LOU accueillait un autre champion de France avec la venue du Stade Toulousain à Gerland. Un Stade humanisé par les absences de ses nombreux internationaux réquisitionnés par la Coupe du monde qui a pu tester l'importance et la qualité de ses ressources entre Rhône et Saône dans ce duel de champions, le lauréat de Pro D2 accueillant son homologue du Top 14 pour clore la 2e levée du championnat. Un épilogue durant lequel le club aux 18 Brennus ne tarde pas à dicter sa loi, montrant rapidement son envie de laver l'affront né d'un revers inaugural, enregistré le week-end dernier à Bayonne (18-13). McAlister met les visiteurs sur les bons rails grâce à deux pénalités (7e, 13e) et permet au Stade de mener six à rien. Si Lyon reprend espoir, également grâce à un coup de pied, signé Mark Van Gisbergen (15e), les affaires se compliquent pour le promu lorsqu'Antoine Guillamon est contraint de quitter prématurément l'aire de jeu, la faute à une entorse du genou (19e). "On ne pouvait pas faire grand-chose" La pluie tombe en abondance sur la capitale des Gaules et rend la pratique du beau jeu compliquée, avant que ce ne soit le ciel sur la tête du LOU lorsqu'Yves Donguy profite d'une bagarre pour filer à l'essai sans opposition (3-13, 34e). Les Lyonnais écopent même d'une double pleine puisqu'Eugène N'Zi reçoit un carton jaune pour avoir mis le feu aux poudres. Le deuxième acte donne lieu à un festival de maladresse sur pénalités pour les locaux, Van Gisbergen ne trouvant la cible qu'à deux reprises (48e, 66e), soit autant que McAlister (62e, 72e). Insuffisant pour empocher le point du bonus défensif et permettre au promu de prendre son premier point dans l'élite. "On a eu beaucoup de boulot aujourd'hui avec ces conditions déplorables. Il y a eu beaucoup de chandelles, le ballon glissait beaucoup. C'est pénible mais on ne pouvait pas faire grand-chose d'autre, a analysé sur Canal+ Clément Poitrenaud. J'espère que le troisième match, la semaine prochaine contre le Racing, sera de meilleure qualité, que les conditions nous permettront de jouer au rugby et que petit à petit, on va retrouver nos automatismes et nos repères puisque ce n'est pas encore le cas."