Toulouse en reconquête

  • A
  • A
Toulouse en reconquête
Partagez sur :

Déchu de son titre la saison passée par le Leinster, le Stade Toulousain démarre sa campagne européenne, dimanche, face à Gloucester. Leaders du Top 14, les Rouge et Noir attaquent la compétition avec appétit, même si Guy Novès ne pourra pas compter sur toutes ses forces vives dès son démarrage, et reste persuader que jouer sur les deux tableaux, Top 14 et H Cup, reste impossible.

Déchu de son titre la saison passée par le Leinster, le Stade Toulousain démarre sa campagne européenne, dimanche, face à Gloucester. Leaders du Top 14, les Rouge et Noir attaquent la compétition avec appétit, même si Guy Novès ne pourra pas compter sur toutes ses forces vives dès son démarrage, et reste persuader que jouer sur les deux tableaux, Top 14 et H Cup, reste impossible. "Une compétition formidable." A l'heure de démarrer sa campagne européenne avec le Stade Toulousain, Guy Novès ne cache pas l'affection des Rouge et Noir pour une compétition qu'ils ont remportée à quatre reprises, record en la matière. "On rentre dans cette compétition pour continuer à se régaler, explique le manager. On rencontre des rugbys différents. Cette Coupe d'Europe est la marche un peu intermédiaire entre le rugby national et le rugby international. Elle continue de nous permettre de nous confronter à meilleur que soi. On est bien décidé à élever la barre toujours plus haut." Et à l'heure d'affronter Gloucester, dimanche, à Ernest-Wallon, Toulouse ne veut pas s'enorgueillir de sa place de leader en Top 14, après dix journées. "Les compétitions sont différentes. Je crois qu'il faut maintenant ranger le championnat et se remettre dans une autre dimension, prévient Novès. Après, c'est toujours plus agréable de démarrer en se disant qu'en championnat, on n'a pas besoin de cravacher. On est dans les clous. Mais se rassurer en se disant que tout a marché, non. On est bien placé en championnat mais tout n'a pas été rose.""Ça n'a jamais été facile pour nous" Et si les internationaux sont désormais revenus de la Coupe du monde, le technicien assure que ces derniers ne sont pas encore tout à fait prêts à jouer de tels matches. "Physiquement ils sont en forme, mais psychologiquement ils sont fatigués car ils ont eu beaucoup de pression notamment en fin de Coupe du monde. On peut comprendre qu'après trois mois, ils rentrent avec l'envie de récupérer, de se détendre", explique-t-il. Mais si les Dusautoir, Clerc ou Médard ne seront pas alignés dès dimanche, certains commencent à faire leur retour, comme Millo-Chluski, Servat ou Poux, tandis que Luke Burgess fera lui ses débuts à la charnière. Les autres seront incorporés au fur et à mesure, pour tenter de sortir d'une poule où figurent, outre Gloucester, Connacht et les Harlequins. "On a toujours des tirages un peu solides, mais c'est super pour nos supporters, lâche Novès, qui regrette également de commencer à domicile, où ils n'auront pas le droit à l'erreur. Depuis que la Coupe d'Europe existe, ça n'a jamais été facile pour nous." Et si le Stade sort des poules, viendra l'éternel problème de jouer sur les deux tableaux. "Le jour où on séparera les phases finales du Top 14 et de la Coupe d'Europe, comme ça a été la première année, peut-être qu'une équipe pourra réaliser le doublé. A partir du moment où ces deux compétitions sec chevauchent en fin de saison, les clubs ne sont pas armés pour ça", conclut le manager.