Toulouse, contrat presque rempli

  • A
  • A
Toulouse, contrat presque rempli
Partagez sur :

A la recherche d'une troisième victoire en autant de sorties européennes cette saison, le Stade Toulousain a rempli son contrat, vendredi, en allant s'imposer (16-28) sur la pelouse de Glasgow. Attendu, ce succès conforte bien sûr les Toulousains en tête de leur poule 6, mais laisse un goût d'inachevé, le bonus offensif ayant échappé à Guy Novès et ses hommes.

A la recherche d'une troisième victoire en autant de sorties européennes cette saison, le Stade Toulousain a rempli son contrat, vendredi, en allant s'imposer (16-28) sur la pelouse de Glasgow. Attendu, ce succès conforte bien sûr les Toulousains en tête de leur poule 6, mais laisse un goût d'inachevé, le bonus offensif ayant échappé à Guy Novès et ses hommes. "En Coupe d'Europe, le premier échec, c'est le dernier joker." Cette sentence est prononcée par Guy Novès, le sorcier toulousain, et l'entraîneur le plus expérimenté en H-Cup. Elle résume à elle seule l'importance que revêtait ce déplacement toulousain en terre écossaise, pour le premier des deux affrontements consécutifs face aux Warriors. Un seul résultat serait accepté : la victoire, si possible avec le bonus offensif. Si victoire il y a donc, le bonus offensif, lui attendra, peut-être une semaine et la réception de ces mêmes Ecossais dans la Ville rose. Pourtant, avec trois essais inscrits à la pause, la mission semblait largement dans les cordes des Toulousains. Fritz (8e), Jauzion (23e) et Heymans (36e), la ligne des trois-quarts haut-garonnais aura brillé lors du premier acte, inscrivant trois essais qui portent le sceau du jeu en mouvement estampillé Toulouse. Par trois fois, la défense de Glasgow est dépassée, et laisse entrevoir une victoire bonifiée aux Haut-garonnais, qui leur avait échappé lors de la journée précédente à Newport, malgré une large victoire (40-19). A la pause, Toulouse mène 25-16. Rendez-vous dans une semaine Mais une fois encore, le scénario se sera donc répété. La faute à une maladresse inhabituelle de leur part, notamment au cours d'une seconde période relativement insipide, où seuls trois points d'une pénalité de Skrela auront été inscrits. La raison ? Un second acte où les Warriors de Glasgow auront fait honneur à leur surnom, ne lâchant jamais rien et pourrissant chaque sortie de balle pour enrayer les vélléités offensives toulousaines. Quatre points, c'est donc tout, et c'est déjà bien. Car cette troisième victoire en autant de rencontres ouvre une voie royale aux hommes de Guy Novès pour les quarts de finale, qu'ils devraient disputer à domicile s'ils ne commettent pas de faux-pas, à commencer par la semaine prochaine face à ces mêmes Warriors. Avec à la clé, espérons-le, le fameux point de bonus offensif tant recherché.