Toulon se réconcilie avec Mayol

  • A
  • A
Toulon se réconcilie avec Mayol
Partagez sur :

Malgré l'absence de Bernard Laporte, retenu à Paris ses obligations de consultant, la fête a été belle ce samedi à Mayol pour la première de l'après Philippe Saint-André. Les Toulonnais, qui restaient sur une vilaine défaite à domicile contre Clermont (0-17), se sont rachetés en dominant en clôture de la cinquième journée le Stade Français avec cinq essais à la clé (34-8). Le RCT est relancé !

Malgré l'absence de Bernard Laporte, retenu à Paris ses obligations de consultant, la fête a été belle ce samedi à Mayol pour la première de l'après Philippe Saint-André. Les Toulonnais, qui restaient sur une vilaine victoire à défaite contre Clermont (0-17), se sont rachetés en dominant en clôture de la cinquième journée le Stade Français avec cinq essais à la clé (34-8). Le RCT est relancé ! C'est un Bernard Laporte détendu et la galéjade facile qui est apparu samedi sur le plateau de Canal+, où il sera sollicité tout au long de la Coupe du monde en tant que consultant. L'ancien sélectionneur du XV de France (1999-2007) avait de quoi, non pas après la défaite essuyée le matin par le XV de France face à la Nouvelle-Zélande (17-37), mais après la démonstration de sa nouvelle équipe, Toulon, contre son ancienne, le Stade Français, en clôture de la cinquième journée (34-8). Même à distance, même à près de 700 kilomètres de Mayol, le nouvel homme fort de la Rade a réussi ses débuts à la tête du club varois. Impuissant certes mais physiquement derrière ses joueurs à le voir se contorsionner devant sa télé, Laporte n'en retenait aucune gloire personnelle : "Je n'ai pas fait grand chose, vous savez. La vérité, c'est celle du terrain." Et sur le terrain, les joueurs avaient non seulement la tentation de se montrer à leurs avantages devant leur nouvel entraîneur mais aussi l'irrépressible envie de se racheter auprès de leur public de Mayol, abandonné début septembre sur un non-match face à Clermont (0-17). Les Parisiens s'en sont vite rendus compte, 26 petites secondes suffisant à Suta, au contre sur Warwick, pour inscrire le premier essai du RCT (1e, 5-0). Et si le Stade Français a alors par définition 79 minutes pour tenter de se racheter, le club de la capitale ne donnera jamais l'impression de pouvoir rivaliser avec une équipe varoise généreuse en défense et enthousiaste, à l'image de Smith, au four et au moulin, à l'origine et à la conclusion du deuxième essai toulonnais (16e, 10-0). Double doublé Un début de match parfait si ce n'était le manque de réussite au pied de Dumora (0 sur 3), la liberté accordée à Rokobaro, plus rapide dans l'en-but varois à la sortie de son coup de pied à suivre (18e, 10-5), et la blessure de Dumora, contraint d'abandonner ses coéquipiers. Pas de quoi entamer la marche en avant des Toulonnais qui inscrivent deux nouveaux essais avant la pause, par Suta (29e) et Smith (39e), qui réussissent donc là chacun un doublé pour mettre le RCT à l'abri en vue de la seconde période (24-5). A la pause, Laporte, fidèle à sa réputation, pinaille sur la bonne tenue de sa défense. A croire qu'ils regardent Canal+, ses joueurs entendent le message et n'offrent que trois points, une pénalité de Fillol au retour des vestiaires (42e), au Stade Français en seconde période. Mieux, ils font définitivement chavirer Mayol en marquant un cinquième essai, le plus beau, oeuvre de l'arrière Rooney à la sortie d'une belle combinaison de ses trois-quarts (56e, 34-8). Du spectacle, une victoire à cinq points, le RCT a reconquis le coeur de ses supporteurs. Pour ce qui est de Laporte, il faudra, sans surprise, en faire plus: "Il y a tout de même pas mal d'imprécisions. Avec un peu plus de réussite, le score aurait pu être plus large en notre faveur. Mais il y a du potentiel avec ces jeunes qui sont entrés. C'est intéressant."