Toulon s'accroche

  • A
  • A
Toulon s'accroche
Partagez sur :

Condamné à la victoire pour conserver intacte sa chance de rallier la phase finale du Top 14, Toulon a rempli sa mission en s'offrant le scalp de Toulouse (21-9), samedi au Vélodrome. Impuissants durant le premier acte, les Varois ont réussi à faire basculer la rencontre en l'espace de deux minutes, le temps pour Paul Sackey de signer un doublé et d'ôter une belle épine du pied toulonnais lors de cette 24e levée.

Condamné à la victoire pour conserver intacte sa chance de rallier la phase finale du Top 14, Toulon a rempli sa mission en s'offrant le scalp de Toulouse (21-9), samedi au Vélodrome. Impuissants durant le premier acte, les Varois ont réussi à faire basculer la rencontre en l'espace de deux minutes, le temps pour Paul Sackey de signer un doublé et d'ôter une belle épine du pied toulonnais lors de cette 24e levée. Que ce fut long à se dessiner... Les Toulonnais et leurs nombreux supporters venus garnir les travées du stade Vélodrome sont passés par toutes les émotions samedi, quittant finalement la cité phocéenne avec le sourire. Car le RCT est toujours en vie dans la course à la qualification pour la phase finale du Top 14 après cette 24e journée et cette nouvelle délocalisation couronnée de succès. Paradoxalement, c'est Paul Sackey, ailier décrié sur la Rade et promis au départ cet été, qui a joué le rôle du sauveur en faisant basculer le sort d'une rencontre longtemps indécise, en quelques secondes à peine. Alors que Toulonnais et Toulousains sont dos à dos au retour des vestiaires après une pénalité de Wilkinson (6-6), l'ancien sociétaire des Wasps profite du travail abattu par Lovobalavu et de son coup de pied rasant pour griller la politesse à Caucaunibuca et aplatir. Un essai validé après intervention du vidéo-arbitrage et transformé par un Wilko qui permet au RCT de mieux respirer (13-6, 53e). L'oxygène arrive même en abondance dans les voies respiratoires des troupes de Philippe Saint-André puisque l'Anglais s'illustre encore, quelques instants plus tard. Le Londonien signe un exploit personnel en raffûtant Caucaunibuca avant de résister à trois Toulousains pour inscrire un nouvel essai qui finit de mettre Toulon sur les bons rails (18-6, 55e). Encore du pain sur la planche En 120 secondes, l'indigence du premier acte est ainsi effacée. Quarante premières minutes marquées par un festival de fautes techniques et d'indiscipline, à peine égayées par un drop monumental de Wilkinson claqué depuis la ligne médiane (3-3, 16e). Toulon bafouille son rugby et se heurte à la défense de fer de champions d'Europe remaniés mais non moins compétitifs dans les Bouches-du-Rhône. Les "locaux" doivent même terminer la première période à dix après que Van Niekerk bouscule Poitrenaud dans les airs (32e). Une infériorité numérique finalement sans conséquence pour des Toulonnais visiblement crispés par l'enjeu. Car le club du président Boudjellal n'avait pas franchement le droit à l'erreur face aux Haut-Garonnais. Eliminé de la H Cup la semaine passée par Perpignan du côté de Barcelone mais désireux d'y regoûter, le RCT devait, pour ce faire, s'offrir impérativement le scalp du Stade toulousain. C'est désormais chose faite mais le club de la Rade, 7e après cette 24e journée, est encore loin d'avoir tamponné son billet pour la phase finale. Les partenaires de Lamont devront de nouveau s'imposer face à Perpignan, la semaine prochaine, avant d'aller défier Montpellier, actuel 6e, lors de la dernière journée. Pour ce qui ressemblera à s'y méprendre à un huitième de finale...