Toulon, le huitième passager

  • A
  • A
Toulon, le huitième passager
Partagez sur :

Rossé à Montpellier (29-3), samedi, lors de la 26e et dernière journée du Top 14, Toulon termine la saison à la huitième place, un résultat bien en deçà de ses ambitions. Le RCT ne disputera pas les phases finales cette saison, et ni la H Cup la saison prochaine. Les Varois, malgré un récent sursaut, paient au prix fort leur inconstance. L'été s'annonce chaud.

Rossé à Montpellier (29-3), samedi, lors de la 26e et dernière journée du Top 14, Toulon termine la saison à la huitième place, un résultat bien en deçà de ses ambitions. Le RCT ne disputera pas les phases finales cette saison, et ni la H Cup la saison prochaine. Les Varois, malgré un récent sursaut, paient au prix fort leur inconstance. L'été s'annonce chaud. La marche était trop haute pour Toulon et la déception doit être à la hauteur de la passion et des ambitions de Mourad Boudjellal. Battu voire humilié à Montpellier (29-3) samedi, dans un match à quitte ou double pour les deux équipes, le RCT échoue à la huitième place du Top 14 et se retrouve privé à la fois des phases finales du championnat mais également d'une place en H Cup pour la saison prochaine. Une double peine, et un sacré coup sur la caboche pour le club varois, le grand battu de la saison avec l'Usap, finaliste sortant et déjà en vacances. D'aout à mai, Toulon aura vécu une saison paradoxale. Entre promesses certaines et retours sur terre brutaux, le cas Henson résumant à lui seul cette équipe du RCT capable de coups d'éclats, mais dépourvue de constance. Toulon a vibré pour l'Europe, avec en point d'orgue ce succès contre un Munster (32-16) qui avait humilié les Rouge et Noir auparavant (45-18), mais Toulon en a parfois oublié son Top 14, dont il devra se contenter la saison prochaine avec, on l'imagine, pour seul objectif de ramener le Brennus sur la Rade. Saint-André: "Une équipe, c'est une âme" Les coéquipiers de Joe Van Niekerk se sont en fait compliqué la tâche dès l'entame de la saison, en s'inclinant à deux reprises contre Bayonne et le Racing à Mayol, une citadelle restée imprenable la saison précédente. Dès lors, il a fallu aux hommes de Philippe Saint-André courir après ces points perdus à la maison durant toute la saison, et qui coutent au finale très cher, puisque le RCT n'échoue à l'arrivée qu'à deux points de la 3e place, occupée par Castres. Il a manqué des forces aux Toulonnais lors de cette dernière journée. En dominant successivement le Stade Français (38-10), Toulouse (21-9) et Perpignan (43-12), Toulon s'est offert le droit de disputer ce "huitième de finale" contre le MHR, avec le résultat que l'on sait. "On a fait quatre matches couperets de suite, on a manqué de fraicheur, on est resté en vie jusqu'au dernier match où on n'a pas existé. On ne mérite pas mieux que la huitième place, il va falloir travailler...", réagissait, à chaud, un Philippe Saint-André encore sonné. Plus tard, l'entraîneur varois rappelait les bases de son sport à son équipe et se tournait déjà vers la saison prochaine. "Le rugby est avant tout un sport de combat. Or, que ce soit individuellement ou collectivement, on les a perdus. Une équipe, c'est une âme. Les joueurs vont être en vacances pendant cinq semaines à partir de mercredi soir. Ils auront, entre-temps, droit à une série de tests et d'entretiens individuels", a déclaré Saint-André. Mais la réaction la plus attendue est, évidemment, celle de Mourad Boudjellal. Selon Var-Matin, le boss du RCT a dû rentrer sur Toulon avant la fin du match pour "raisons personnelles". Il pourrait s'exprimer ce dimanche. Avec quel discours ? Au cours de la saison, Boudjellal s'est montré tantôt dithyrambique et euphorique, tantôt très sévère. En avril, il déclarait: "Nous sommes enfants gâtés. Nous sommes gentils et les gentils ne savent pas tuer". "C'est dans les moments difficiles qu'on reconnaît les meilleurs. Je ne me mêlerai pas du sportif", avait-il également prévenu, avant d'ajouter à l'adresse de Saint-André : "Je laisse faire, mais il faut gagner". Et maintenant ?