Toulon dans une impasse

  • A
  • A
Toulon dans une impasse
Partagez sur :

Etrillé ce week-end, à Toulouse (44-5), où les Varois ont concédé un troisième revers de rang, Toulon file un mauvais coton. Pris entre les exigences du calendrier et l'absence de Plan-B dans sa palette de jeu, le club du président Boudjellal, malgré ses ambitions, semble toucher ses limites. A la veille d'un nouveau déplacement périlleux à Perpignan, le RCT pose question...

Etrillé ce week-end, à Toulouse (44-5), où les Varois ont concédé un troisième revers de rang, Toulon file un mauvais coton. Pris entre les exigences du calendrier et l'absence de Plan-B dans sa palette de jeu, le club du président Boudjellal, malgré ses ambitions, semble toucher ses limites. A la veille d'un nouveau déplacement périlleux à Perpignan, le RCT pose question... Un effectif à bout de souffle Philippe Saint-André ne l'avoue qu'à demi-mots, mais l'entraîneur toulonnais, qui semblait totalement désabusé samedi, à Ernest-Wallon, ne reconnaît plus ses leaders de jeu en cet automne. Depuis trois semaines et la déroute au Munster (43-18), Toulon n'avance plus. Trois défaites de rang en Irlande, à Paris (22-15) et encore ce week-end, à Toulouse (44-5), qui laissent le club varois exsangue, ou presque. Contraint de laisser au repos dans la Ville Rose des cadres, qui n'apportent plus la plus-value attendue (Bruno, Emmanuelli, Suta, Smith et Van Niekerk), "PSA" ne peut que se rendre à l'évidence: "On a tiré sur la couenne des joueurs ces derniers temps..." Et Toulon, roi du recrutement l'été dernier, mesure un banc plus court qu'il ne l'avait imaginé... Les doublures n'ont pas l'étoffe nécessaire pour assumer les ambitions d'un club, sollicité désormais sur les deux tableaux du championnat et de la Coupe d'Europe. Et voilà les Toulonnais attendus jeudi à Aimé-Giral, où un quatrième revers de rang face à l'Usap pourrait rejeter le RCT en queue de peloton des favoris pour le titre. Au moins, Saint-André devrait-il pouvoir compter sur les retours de plusieurs blessés (voir: Mignoni et Sackey espérés à Perpignan) Un plan de jeu trop restrictif Si Toulon est à bout de souffle, l'équipe, construite sur un seul et unique plan de jeu, a toutes les peines à changer son fusil d'épaule. Si les fondamentaux, à savoir la conquête, l'occupation et la défense restent, une constante, le RCT est bien en peine à l'heure de varier son jeu lorsqu'il est confronté à des formations du calibre du Munster ou du Stade Toulousain, capable d'évoluer sur tous les registres, ou presque. Saint-André et son staff se sont attachés à bâtir une équipe forte sur ses bases, mais le chantier paraît aujourd'hui en suspend. D'où l'incontestable impression d'un jeu trop restrictif pour espérer rivaliser avec les meilleurs... Mourad Boudjellal a offert à son club les joueurs décisifs à des postes clés dans une optique à court terme, mais la recherche d'une expression collective reste entière. Une Wilko-dépendance qui pèse De ce point de vue, Toulon reste plus que jamais dépendant de son stratège Jonny Wilkinson, dont l'absence a une fois encore terriblement pesé sur le rendement de sa formation samedi face aux Champions d'Europe. Par son influence sur le jeu et sa fiabilité au pied, "Wilko" reste l'indispensable talisman du RCT. Censé assurer le rôle de doublure de l'Anglais, le pauvre Felipe Contepomi incarne à lui tout seul cette impression d'impasse... Le talent de l'Argentin, capable de mettre à genoux, à lui tout seul, ou presque, le XV de France à Buenos-Aires, en juin dernier, n'est pas à remettre en cause. Mais dans ce contexte d'une équipe évoluant sur un seul et unique registre, l'ancien maître à jouer du Leinster apparaît totalement isolé. Une situation qui l'a conduit samedi à un zéro pointé au pied avec trois tentatives ratées face aux perches. Le retour de Wilkinson, touché à une épaule et forfait pour les test-matches de novembre avec le XV de la Rose, lui, n'est pas prévu avant quatre semaines. D'ici là et en attendant la trêve internationale, Toulon, soumis à l'épreuve d'Aimé-Giral et des Catalans, n'a d'autre choix que de serrer les dents.