Toulon accompagnera Toulouse !

  • A
  • A
Toulon accompagnera Toulouse !
Partagez sur :

Le RCT a gagné son pari. Bien placé dans la poule 3, le club de Mourad Boudjellal a pris sa revanche dimanche sur le Munster (32-16) et profité de la défaite des Ospreys sur la pelouse des London Irish (24-12) pour décrocher son billet pour les quarts de finale de la H-Cup. Les Varois accompagneront les Toulousains, qualifiés suite au revers des Wasps à Glasgow (20-10).

Le RCT a gagné son pari. Bien placé dans la poule 3, le club de Mourad Boudjellal a pris sa revanche dimanche sur le Munster (32-16) et profité de la défaite des Ospreys sur la pelouse des London Irish (24-12) pour décrocher son billet pour les quarts de finale de la H-Cup. Les Varois accompagneront les Toulousains, qualifiés suite au revers des Wasps à Glasgow (20-10). Les mercenaires vous saluent bien ! S'il avait appelé les fidèles de Mayol à la retenue après avoir lui-même allumé le Munster dans la presse, en réponse aux moqueries de Donncha O'Collaghan et de ses coéquipiers à l'issue du match aller (18-45), Mourad Boudjellal boit du petit lait. "Quand je suis venu dans le rugby, je ne pensais pas vivre des choses comme celles-là. C'est un rêve. C'est magnifique", savoure aujourd'hui l'ambitieux président varois. Alors que son équipe se battait il y a encore moins de deux ans pour ne pas redescendre au purgatoire de la Pro D2, la voilà aujourd'hui qualifiée, pour sa première participation, pour les quarts de finale de la H-Cup où elle accompagnera la référence française en la matière, le grand Stade Toulousain, qui poursuivra en phase finale la défense de son titre suite au revers des Wasps à Glasgow (20-10). Une agréable surprise pour les Toulousains et un véritable exploit pour les Toulonnais ! Qui aurait parié, début septembre, sur une qualification des hommes de Philippe Saint-André, contraints de se frotter dans la poule 3, l'autre groupe de la mort, avec le Munster, double lauréat de la compétition (2006 et 2008), les Ospreys, l'une des révélations de la saison passée, et les London Irish, des habitués de la H-Cup ? Qui plus est au soir de la cinquième journée, sans même avoir à jouer une dernière finale sur la pelouse des Ospreys qui se sont éliminés tous seuls en s'inclinant dimanche en terre anglaise (24-12) ? "On ne s'attendait pas à un tel résultat. On voulait tout simplement faire un gros match, marquer l'histoire du club, et c'est ce qu'on a réussi à faire aujourd'hui", appréciait Pierre Mignoni, le futur retraité, devant la caméra de France 2. Wilkinson donne le « la » "C'est historique, appuyait Aubin Hueber, l'adjoint de Philippe Saint-André. C'est ce qu'on avait dit aux joueurs, dans la causerie d'avant-match: «La victoire pour l'histoire»." L'histoire et la manière, les Varois se payant le luxe d'étouffer une province irlandaise méconnaissable et éliminée à ce stade de la compétition pour la première fois depuis 12 ans ! On se pince pour le croire mais au vu de la performance du RCT ce dimanche, l'exploit n'a rien de miraculeux. "A entendre le bruit dans le vestiaire, on comprend qu'on va vivre quelque chose de spécial. C'était évident avant le match, avec l'ambiance dans le stade", avouait Jonny Wilkinson. Après l'ouverture du score de son homologue irlandais, Ronan O'Gara (3e, 0-3), c'est lui, le métronome anglais, qui donne le « la » à son équipe en enquillant trois pénalités en moins de dix minutes (9e, 15e, 17e). Son premier raté, à plus de 50 mètres, n'enraye en rien la dynamique de ses coéquipiers qui concrétisent leur domination, notamment en conquête, une surprise pour le coup face aux redoutables Munstermen, par un premier essai, oeuvre de Loamanu à la réception, au milieu de trois adversaires, d'un subtil coup de pied par dessus de Mignoni (23e, 16-3). Et s'ils souffrent de quelques indisciplines au cours de ce premier acte, que sanctionne de deux pénalités O'Gara (25e et 39e), les Toulonnais ont déjà fait le trou à la pause (26-9), profitant de l'expulsion pour dix minutes de O'Collaghan pour une faute de gamin pour passer une pénalité (34e) et inscrire un second essai par Paul Sackey (37e), lequel justifie aujourd'hui la confiance de Saint-André. Une pénalité validée après l'appui de la vidéo (43e), un poteau (47e), une nouvelle supériorité numérique suite au carton jaune reçu par O'Gara pour une chamaillerie avec Mignoni (49e), puis un dernier coup de pied gagnant (60e), et Toulon a déjà match gagné à l'heure de jeu (32-9), sans que le Munster, privé d'un essai pour un passage en touche de Howlett (61e), ne soit en mesure de réagir malgré l'avertissement reçu à son tour par le pilier géorgien Davit Kubriashvili (65e). La réaction d'orgueil de Wallace en fin de match (77e) ne changera rien. Surtout pas la joie de Mayol devant la performance de ses protégés. "Une victoire comme celle-ci, contre une équipe comme le Munster, c'est le très haut niveau", concédait finalement Wilkinson. "On commence simplement l'aventure, on n'est pas encore en finale. Mais qui sait ?" Effectivement, qui sait ce que nous réserve désormais le RCT de ce diable de Boudjellal ?